Un matin, le soleil, qui s'est levé tard, dessine son disque pâle derrière un rideau de brume jaunâtre; le ciel est si bas qu'il semble toucher la terre.(...)

En effet, de blancs flocons de neige commencent à voltiger et à tourbillonner, comme le duvet de cygnes qu'on plumerait là-haut. Bientôt, ils deviennent plus nombreux, plus pressés; une légère couche de blancheur, pareille à cette poussière de sucre dont on saupoudre les gâteaux, s'étend sur le sol. Une peluche argentée s'attache aux branches des arbres, et l'on dirait que les toits ont mis des chemises blanches. (...)

1° neige au jardin

Les geais, les pies glapissent aigrement et font grincer leur crécelle en volant d'un arbre à un autre, pour chercher un abri contre les étoiles glacées qui tombent sur leur plumage; les moineaux, blottis sous les feuilles des lierres, le long des vieux murs, poussent des piaillements de détresse. Ils ont froid, ils ont faim, et l'avenir de leur déjeuner les inquiète...] ] (Théophile GAUTIER, Le Capitaine Fracasse)

les petits moineaux

Avec l'arrivée de l'hiver, les oiseaux ont froid, ils ont faim mais ils savent où trouver pitance. Pour notre plus grand plaisir, les mésanges et le rouge-gorge égayent notre jardin en voltigeant d'arbre en arbre et en se camouflant dans la haie champêtre.

Ce matin, une mésange bleue faisait le guet sur la cheminée de la mangeoire, (Les fils qui entourent la mangeoire empêchent les pies de venir se goinfrer)

jla mésange monte la garde

tandis qu'une de ses copines dégustait les dernières petites pommes du bonsai,

la mésange dans le bonzai

et qu'une petite gourmande hésitait entre la boule de graisse et la pomme.

la mésange en attente

Le merle siffleur, dont le bec est en fleur et l'oeil noir une perle, n'a pas l'intention de partager son repas.

Dans le cotoneaster blanchi pas la neige, il surveille tel un sphinx, les baies rouges qu'il entend bien déguster sans partage.

le merle dans le cotonaester