Le Jardin de Gondremer

19° au mieux et temps pluvieux,

on n'a pas eu chaud le lundi de Pentecôte dans les Vosges.

58Mais ce temps de canard ne nous a pas découragés pour retourner visiter deux jardins remarquables

découverts en octobre dernier : le Jardin de Gondremer et le Jardin des Callunes.

Chaque saison apporte son éclairage au jardin et ces deux jardins vosgiens sont particulièrement

beaux en automne et au printemps avec les plantes de terre acide.

10Aujourd'hui nous allons visiter le Jardin de Gondremer

 resplendissant sous les couleurs des rhododendrons.

30De la famille des Ericacées, le genre Rhododendron compte plus de 800 espèces des plus variées,

arbustives, arborescentes, caduques, persistantes, ou semi-persistantes.

51Grand nombre de ces arbustes viennent d'Asie mais aussi des régions montagneuses d'Europe.

23Rhododendron, de rhodo rose et dendron, arbre signifie littéralement "arbre à roses".

28

Pour illustrer la balade dans ce jardin remarquable,

je vous propose un poème de Pierrette Micheloud

"Rhododendron"

extrait de "Seize fleurs sauvages à dire leur âme".

50

"" Respirez un rhododendron, vous vous sentirez pris d'un vertige

semblable à celui du vent, lorsque l'orage se prépare.

12Mais ne le respirez pas n'importe comment.

13Les fleurs ne se livrent que par interférence.

14Leur intensité ainsi que leur durée dépendent de notre don d'amour à leur égard.

8Il est des gens au contact desquels elles se hâtent de mourir,

24il en est d'autres, au contraire, qui ont le pouvoir presque miraculeux de les éterniser.

59

Si donc en vous penchant sur un rhododendron,

35vous éprouvez ce vertige d'orage,

2vous aurez brusquement la révélation de son histoire.

18Un petit gnome des gisements granitiques fut soudain frappé

19par un rai de lumière filtrant à travers un interstice du rocher.

16Dès cet instant la nuit souterraine lui pesa si fort, 

qu'il décida de partir à la conquête du jour.

34Mais comment briser ce dur plafond de roc ?

31Il se mit pourtant au labeur.

38L'avance était pénible,

54la roche cruelle et résistante.

4Des temps et des temps s'écoulèrent, puis tout à coup, ce fut le jour.

20On arriva sur terre en pleine féerie de printemps.

33On fit connaissance avec les arbres, avec les fleurs, avec les papillons.

42On resta muet d'émotion devant l'infini du ciel.

47On fit signe aux nuages qui vagabondaient à travers cette grande couleur bleue.

5On voulut courir aussi, courir à leur poursuite.

49Vains efforts.

7Les pieds du petit gnome restaient pris dans le sol, comme des racines tenaces.

15Puis, tourment nouveau, on devient amoureux d'une sylphide.

21La toute aérienne et frivole se moquait bien de l'amour

d'un vilain gnome, prisonnier de la roche.

32Elle passait avec indifférence,

55caressant de ses ailes transparentes les claires orobes.

37On pleurait, on gémissait,

56on se tordait les mains de désespoir.

6Le printemps passa, puis l'été, et l'automne.

22Ce fut l'hiver, la grande neige immobile, le sommeil.

41Le gnome s'était endormi, lui aussi.

39Sa vie suivait maintenant le rythme des saisons.

57Un autre printemps revint, l'eau, les insectes, les fleurs.

45Où es-tu, petit gnome des gisements granitiques,

36toi qui voulus connaître la lumière, dis, où es -tu?

27Il s'était transformé en un arbrisseau nain.

11Des feuilles éclatèrent, puis des fleurs d'un rose passionné.

44On l'appela rhododendron.""

Seize fleurs sauvages à dire leur âme.  Pierrette Micheloud

3Nous retournerons dans un prochain billet nous promener

dans le Jardin des Callunes.

En attendant, vous pouvoir voir ou revoir le Jardin des Callunes en automne : C'est ICI