Aujourd'hui, je vais vous raconter l'histoire de ma gloriette.

¨Pour ceux qui ne savent pas ce que c'est,

une gloriette est un petit pavillon d'agrément dans un parc ou un jardin,

 ou plus joliment dit, une grande cage à oiseaux en forme de papillon.

C'est en 2009, soit trois ans après l'emménagement dans notre nouvelle maison

que la gloriette a été installée dans un coin du jardin.

21Après quelques années de rodage et de répétitions hésitantes,

le spectacle a enfin pris forme et je peux le dire :

"oui oui, le résultat me satisfait."

13En effet, la gloriette a aujourd'hui gagné en maturité. 

52016 est la première année où la dame de fer a joué la prude

en dissimulant sa nudité sous le feuillage luxuriant des rosiers parfumés.

Au niveau du costume, c'est du gonflant qu'il lui faut pour la mettre en valeur

et pour cela, retour sous le second Empire avec une robe à crinoline.

En juin, à l'apothéose de leur floraison,

les rosiers font l'affaire en jouant les froufrous.

2L'histoire de la gloriette a commencé en 2009,

34et son armature en fer ne passait pas inaperçue.

23Les premiers rosiers qui ont accompagné la gloriette étaient 

à l'avant droite Alfred Carrière, à l'arrière droite Marie Dermar,

à l'avant gauche Zéphirine Drouin.

26A l'arrière sur la pergola, deux New Dawn nous ont émerveillés pendant quelques années 

de leur floraison abondante même si celle-ci n'était pas parfumée.

442009 - 2012

Les débuts qui semblaient pourtant prometteurs n'ont pas résisté

à la fameuse maladie des taches noires, le marsonia.

Deux années de suite, après une belle floraison en juin,le feuillage des New Dawn

a noirci, séché, pour tomber d'un coup laissant la pergola désespéremment découverte.

Bref, c'était la cata chez les New Dawn !

26  27

Pour conjurer la malédiction du "jamais deux sans trois", (je vise les années de maladie des rosiers)

nous avons arraché les New Dawn, Zéphirine Drouin, la pergola

et le juniperus sempervirens.

Nous n'avons pas fait de sentiment en prenant cette décison 

 parce qu'après la suppression, c'est ... la reconstruction et 

nous pensions déjà au réaménagement de la gloriette.

Et les jardiniers ne me contrediront pas,

les projets au jardin ne sont que du bonheur !

36Le relooking est passé par l'installation d'une palissade en bois,

39la plantation d'un chèvrefeuille Locinera japonica chinensis

et d'un rosier Sourire d'Orchidée à gauche de la gloriette. 

22Le nouveau look était déjà bien sympathique

mais l'habillage manquait d'étoffe et de volume.

25

23C'est jusqu'à Malmedy en Belgique à la pépinière de Daniel SCHMITZ

que nous sommes allés acheter deux rosiers grimpants, remontants et parfumés 

que nous avons plantés à l'avant de la gloriette :

Perennial Blush et Perennial Blue.

11  14

 Perennial Blush porte de jolies petites fleurs blanches  

15

18tandis que les fleurs de Perennial Blue ont une belle couleur rose soutenue.

17 Alfred Carrière est un rescapé du relooking

et nous avons hésité avant de le laisser en place.

S'il est placé très (et certainement trop) près de Perennial Blue

nous le taillons après sa floraison pour permettre à son voisin de se développer.

20Au pied de Perennial Blush ont été plantés deux rosiers reçus en cadeau :

Mister Lincoln et Bicolette.

4Depuis 2013, nous appliquons aux rosiers un traitement préventif homéopathique

préconisé par Daniel Schmitz : HOMEOCULT (ICI)

et depuis lors aucun des rosiers n'a été malade, OUF.

Marie Dermar1Et voilà le résultat sous la gloriette en été 2016 :

c'est notre petit coin secret, notre coin réconfort après les efforts du jardinage,

l'endroit idéal pour une pause-détente et la pause-café.

46Le seul petit hic est que l'endroit est un "butinoir" pour les guêpes et abeilles.

Mais c'est bien car le jardin est un lieu de partage et de vie...

3L'endroit est très agréable et quand tout est silencieux,  il est possible d'observer les oiseaux

qui viennent repérer les nichoirs installés dans le jardin.

40La gloriette vit au rythme des saisons.

En été, elle semble s'amuser à vouloir crever les ballons 

des montgolfières qui survolent  régulièrement notre village.

45En hiver, capitonnée, emmitouflée dans un manteau de ouate blanche,

elle se fond dans le décor de l'hiver enneigé.

30Vous comprenez maintenant pourquoi mon blog s'intitule

"sous ma gloriette"

27

Pour en savoir plus sur l'histoire de la gloriette,

vous pouvez consulter les billets précédents : c'est ICI.

A BIENTOT LES AMIS,

SOUS MA GLORIETTE

28