sous ma gloriette

04 décembre 2016

Les jardins suspendus de Marqueyssac (Périgord)

 

4

C'est un jardin à l'allure singulière que nous allons visiter aujourd'hui.

C'est un jardin sans fleurs, sans parterres colorés ou massifs exubérants.

" Oh, il doit être triste et ennuyeux" diront certains.

J'avais un peu cette idée en tête avant de découvrir Marqueyssac.

Mais à bas les idées préconçues !

Même sans fleurs, sans mixed-borders, 

Marqueyssac m'a enchantée et je vais vous montrer ce qui m'a plu

dans ces jardins au camaieu vert.

10 Marqueyssac est un jardin de buis jeté sur un mont escarpé

qui domine la vallée de la Dordogne.

1Site classé, les jardins de Marqueyssac sont plantés de 150 000 buis centenaires

taillés à la cisaille manuelle. Vous imaginez le travail des jardiniers

qui travaillent à l'année dans le parc !

La cisaille électrique est bannie car 

elle mâche les feuilles et provoque leur jaunissement.

3C'est un jardin monochrome

où le vert se décline sous toutes ses nuances.

23Le buis est un arbuste intéressant car il reste vert toute l'année.

Résistant à la sécheresse, il est capable de pousser aussi dans les sous-bois.

Il supporte bien la taille et permet la réalisation de formes végétales diverses.

Admirez les rondeurs et la taille moutonnante des buis

qui confèrent douceur et tranquillité à Marqueyssac.

6Le buis nécessite deux tailles d'entretien,

l'une à la fin du printemps et la seconde au début de l'automne.

Les haies en sous-bois ne sont taillées qu'une fois l'an

car les buis poussent moins vite à l'ombre.

7A Marqueyssac, le buis est roi et seules quelques plantes participent au décor végétal.

C'est sous Louis XIII que les broderies apparaissent avec l'avènement des jardins à la française.

A l'époque, introduire des fleurs dans les broderies était une hérésie

car la bichromie du vert du buis et du gazon suffisait à colorer le site.

A Vaux Le Vicomte, Le Nôtre n'avait placé ni bulbe, ni vivace,

ni fleur même à brève floraison dans les parterres.

16Seules quelques plantes très discrètes accompagnent les buis à Marqueyssac. 

Des yuccas apportent une touche de vert lumineux

et contrastent avec les formes géomètriques des buis.

15

17Il y a aussi  le romarin et la santoline qui s'adapent au sol pauvre et pierreux.

29

26  28

27Dans les massifs les plus récents créés en 2003, des petites fleurs bleues soulignent les bordures de buis

modelés pour donner l'illusion de blocs de pierre.

11

12Des roses au ton pastel apportent de la légéreté dans les massifs

aux abords du château du début du XIXème siècle.

46Il y a deux choses qui m'ont vraiment plu dans les jardins de Marqueyssac.

Tout d'abord la vue sur la vallée de la Dordogne, ses châteaux, 

et ses plus beaux villages de France : Beynac, Castelnaud, Domme...

Ici La Roque-Gageac.

25

24Si la vue d'en "haut" est magnifique,

la vue d'en bas" en canoë ou en gabarre est tout aussi intéressante et magique.

20

21  18

Ensuite la sérénité qu'inspire Marqueyssac m'a impressionnée.

Marqueyssac est un jardin de promenade

9qui offre plus de 6 kilomètres d'allées très agréables à parcourir.

41Les buis poussent librement dans la forêt.

Nous avons constaté beaucoup de mousse sur ces arbustes.  

43Il fait bon déambuler à Marqueyssac.

47i  42

L'atmosphère des lieux chasse tout stress et fait ralentir le pas.

Ci-dessous l'allée des arches.

34Les cabanes en pierre sèche sont très fréquentes en Périgord.

La toiture de celle-ci est en brande, elle est végétalisée.

32Les cabanes servaient de bergerie, clapier, poulailler, pigeonnier

et surtout de refuge aux vignerons.

A Marqueyssac, la cabane en cloche est un kiosque d'agrément.

38

Dans la forêt, nous faisons de drôles de rencontres.

Des pierres sculptées en forme de visage très expressif nousbservent.   

44  45

Nous avons pu admirer la très jolie exposition "Féérie des bois" de Sandrine Rabouan.

33 19 images racontent la fragile beauté de la nature

dans un langage inspiré des mythes et légendes anciennes.

Une fée souffle les aigrettes d'un pissenlit

36

37 Marqueyssac n' a rien à voir avec les mixed-borders aux coloris gais et variés.

Ici le décor est immuable.

C'est un lieu d'apaisement où le temps retient son souffle.

Posté par sylvie jardine à 18:14 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,


11 novembre 2016

Le jardin botanique de Metz a mis ses couleurs d'automne

1er novembre 2016, balade au jardin botanique de Metz

10 heures du matin, soleil automnal.

Deux heures après, le brouillard a tout mis dans son sac de coton. 

C'est la chanson  "L'ARBRE" qui accompagne notre promenade. 

L'ARBRE [Paroles et musique créées par André GRUFFAZ] 

171-Ecoutez le vent de novembre

Qui chasse mes derniers atours

5Je n'ai bientôt plus rien à prendre

J'entends l'hiver qui accourt

40Je suis un arbre

Seul au milieu de la forêt

28Parmi les arbres

Si seul et si bien entouré

162-Quand l'hiver me fait carapace

Les oiseaux quittent ma froideur

1Mais dans mon tronc est une place

Pour l'alouette près de mon cœur

463-Depuis longtemps j'ai mes racines

Dans cette terre bien agrippées

19  20  22  21

Pourtant je sens dans mon échine

L'envie qui me prend de bouger

124-Que je sois fayard ou grand chêne

Ne change rien à mon tourment

8Mes racines sont comme des chaînes

Je suis planté là pour cent ans

385-Un jour je quitterai la terre

Sous les assauts d'un bûcheron

18Vers le paradis ou l'enfer

Les hommes le décideront

26-Le paradis c'est la charpente

Sur un toit je serai dressé

9L'enfer c'est le feu qui me hante

Je disparaîtrai en fumée

42Je suis un arbre

A brûler ou à raboter

10  14  7  4

Je n'suis qu'un arbre

Je suis tout bon ou tout mauvais.

39Paroles : André Gruffaz

Album : "Raison d'hêtre" (1987)

Posté par sylvie jardine à 12:54 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

05 novembre 2016

Les jardins d'Eyrignac

32C'est dans le Périgord noir non loin des grottes de Lascaux et de Sarlat

que nous allons nous promener.

Avec une collection de plus de 300 formes de sculptures végétales,

les jardins d'Eyrignac sont l'exemple même de l'art topiaire.

L'art topiaire est l'art de tailler les arbres et les arbustes 

pour leur donner une forme géométrique ou libre.

Cliquez sur les photos pour les agrandir

92  65  94  95

Plus de 80 kilomètres de haies à tailler manuellement dans l'année,

vous imaginez le travail des jardiniers !

42J'étais un peu sceptique en allant visiter les jardins d'Eyrignac.

Un jardin de topiaires, du vert et des formes sculptées, pourquoi pas.

Classés jardins remarquables, je savais bien que les jardins d'Eyrignac valaient le détour

et qu'ils étaient intéressants à visiter.

Mais je ne savais pas s'ils avaient la petite étincelle magique

qui transforme le décor en un petit paradis.

L'idée était de découvrir ces jardins avant que la maladie du buis,

cette redoutable pyrale du buis, ne les abîme ou pire, les anéantisse.

Mes doutes se sont vite dissipés.

Dès l'entrée qu'on peut découvrir ci-dessous, le ton était donné 

qui a aussitôt aiguisé ma curiosité et mon enthousiasme.

97Les jardins du manoir d'Eyrignac sont dans la famille depuis 500 ans, transmis depuis 22 générations.

Tracés au XVIIIème siècle, les jardins ont été remodelés dans les formes actuelles

 au cours des années 1960 par Gilles Sermadiras, père de l'actuel propriétaire.

59Sans connaissance particulière,

il se fia à son imagination et le résultat est d'une originalité unique en Europe.

Ces jardins sont inscrits à l'inventaire des Monuments historiques depuis 1986.

60Sur un immense tapis engazonné,

d'impressionnantes topiaires rythment les allées et encadrent les perspectives.

Ifs, buis, cyprès et charmes sont les essences principales des jardins.

57Les deux principales allées des jardins d'Eyrignac sont monumentales.

L'allée des charmes est composée d'une double enfilade d'ifs "Taxus baccata",

enlacée de guirlandes de charmes "Carpinus betulus".

52Longue de 110 m, cette allée nécessite une taille fréquente et particulièrement difficile.

Sur la photo suivante,

on aperçoit mieux les charmes sculptés en spirale et les ifs taillés en cylindre.

58Le long de cette allée majestueuse,

des espaces accueillent des pommiers taillés en boule avec à leur pied des santolines.

88L'allée des vases mêle des ifs en demi-lune 

qui enserrent des buis taillés en plateaux

surmontés d'une boule et disposés dans des vases italiens.

A l'arrière, les grands arbres au feuillage doré sont des chamaecyparis.

51Cette allée aboutit à la chambre de verdure enserrée par un mur de charmes. 

Des fenêtres sont ouvertes pour offrir une perspective sur les collines environnantes.

53Cette ouverture sur la nature marque l'influence italienne.

Une rose des vents en pisée périgourdin vient soutenir une vasque ancienne en pierre

provenant du jardin d'origine du XVIIIème siècle.

54Ci-dessous, le tracé des arabesques en buis est conçu dans le pur esprit des jardins à la française.

55Une équipe de 12 personnes dont 6 jardiniers travaillent dans les jardins

pour perpétuer la tradition des jardins à la française

et imaginer de nouvelles scènes végétales.

Des spécialistes de la taille sont embauchés en renfort au mois de juin.

45A l'aide de cisailles à main, de fils à plomb et de cordeaux,

ils rajeunissent et réajustent les formes. Du travail fait main, chapeau les artistes !

Derrière la fontaine romaine, des ifs taillés en plateaux s'élèvent vers le ciel.

35Les charmes demandent un travail assidu car leur croissance est rapide.

62  63

A la mi-juin, on enlève 40 cm de nouvelles pousses.

41Puis chaque mois jusqu'à la mi-septembre, à nouveau 20 cms sont coupés.

47Il n'y a pas que du buis, des charmes et des ifs dans les jardins d'Eyrignac.

Il y a aussi des arbres somptueux et majestueux.

37

49Le jardin blanc,

qui s'ouvre sur la nature périgourdine, est coloré,

comme son nom l'indique, par des fleurs de couleur blanche, monochrome.

1Seules des tonnelles rouges de style asiatique apportent une touche d'exotisme.

12Dans ce jardin blanc, on y trouve des impatiens de Nouvelle Guinée, des cléomes,

8  15

des dahlias,

13des rosiers "Iceberg".

10C'est en juin qu'il faut venir admirer les guirlandes de roses "Fées des neiges".

En septembre, la floraison est moins spectaculaire.

16Des surfinias et des gauras habillent des potées.

11Tout comme les gauras, les graminées apportent beaucoup de légèreté dans les massifs.

14Un bassin majestueux orné de 4 statues en forme de grenouilles marque le centre du jardin.

4Eyrignac signifie en occitan : "Là où l'eau coule".

7 sources naturelles et la récupération de l'eau de pluie 

permettent de maintenir les jardins verts malgré la sécheresse. (l'été 2016 a été particulièrement sec)

5  6

Le grand bassin appelé Miroir servait autrefois de vivier.

Il est entouré de buis en pots, de lierre sur les berges et de topiaires en forme de cônes.

31Cette pièce d'eau rappelle l'influence italienne des jardins.

Deux cyprès structurent l'espace.

29

28

464 derniers univers poétiques ont été créés ces dernières années.

Le potager

Il est clos par une barrière en châtaignier, 

une espèce emblématique du Périgord qui résiste à tout vent pendant plusieurs décennies.

66Dans le jardin fleuriste, des fleurs sont cultivées pour confectionner des bouquets.

23Septembre est le festival des dahlias.

24

25La pépinière a été créée en 2004 dans le but d'y faire pousser des ifs, du buis et des cyprès

qui remplaceront au besoin les topiaires des jardins.

Miracle, nous n'avons vu aucun arbuste malade ou jauni dans les jardins !

21La pépinère compte plus de 80 plants.

L'entretien de ces arbres est sensiblement le même que ceux des jardins

si ce n'est une opération supplémentaire, le "cernage"

18Le cernage consiste à couper régulièrement les racines

pour favoriser l'apparition de petites ramifications plus propices à une transplantation

et à une replantation des végétaux une fois remis en terre.

19Nous découvrons la basse-cour créée en 2009.

Les topiaires en forme d'animal sont façonnées dans une armature en grillage ou en fer

qui reproduit la forme souhaitée.

20Il suffit d'enfermer le buis dans la structure dès la fin de l'automne.

Au printemps, lorsque le buis commence à dépasser du grillage,

on coupe tout ce qui dépasse.

64  65

Tout au long de notre balade, des bancs nous attendent pour prendre le temps d'admirer le paysage.

68

72Pour se reposer, il y a des endroits exotiques comme cette jolie pagode.

Au XVIIIème siècle, un commerce important existait avec l'Extrême Orient 

et la mode était aux chinoiseries aussi bien dans les intérieurs que dans les jardins  

67

70  69

9Pour faire des pauses dans d'autres jardins, c'est ICI

71A côté du manoir, l'endroit est très sympathique

mais le salon de jardin est réservé aux propriétaires qui habitent dans la propriété.

34Regardez la belle façade du manoir en pierres blondes. 

La batisse du XVIIIème siècle est l'ancienne résidence de l'auteur Gautier Coste de la Calprenède.

Si son nom vous est inconnu, sa célèbre tirade "Fier comme Artaban" ne vous échappera pas.

74La cour de sable est bien ratissée.

Derrière la fontaine se dresse la chapelle romane couverte de lierre.

73

78  79

76  75 36 

77Nous découvrons le pavillon de repos.

Au XVIIIème siècle, le rez-de-chaussée servait de repos au milieu des jardins

et le premier étage était aménagé en magnanerie, c'est-à-dire destiné à l'élevage des vers à soie.

Les cocons étaient ensuite envoyés pour le tissage à Lyon, capitale française de la soierie.

90Avec la découverte de pays lointains, le XVIIIème siècle a été l'époque

d'une explosion de nouvelles importations : pommes de terre, maïs, tabac, thé...

Il y a eu aussi la soie et les premières plantations de mûriers.

Ici des mûriers blancs " Morus alba" taillés en forme de cloche 

ont été plantés en souvenir des vers à soie.

83

C'est par une belle journée de septembre que nous avons découvert les jardins d'Eyrignac.

Ils sont élégants, majestueux, apaisants, se déclinent dans toutes les nuances de vert

et sont ouverts sur la campagne périgourdine.

Les bassins d'eau les rendent vivants.

La magie a opéré et 

c'est avec grand plaisir que j'y retournerai si l'occasion se présente.

43"Ce que je sais, c'est que Eyrignac est le domaine le mieux entretenu qu'il me fut permis de visiter

et un jardin extraordinaire qui prouve que, même aux ordres du jardinier, la nature peut être grandiose."

Alain BARATON  "Petit dictionnaire amoureux des jardins"

91Pour visiter un autre jardin de topiaires, celui de Durbuy en Belgique, c'est ICI

Posté par sylvie jardine à 19:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

11 octobre 2016

Le Parc Floral d'Apremont sur Allier (18)

Le Parc Floral d'Apremont sur Allier

37C'est une superbe promenade que nous allons faire aujourd'hui

dans un jardin extraordinaire.

Nous avons profité de nos vacances dans le Périgord pour faire une halte à Apremont.

C'était le 2 septembre et il faisait beau (26 °)

Le village d'Apremont situé à une quinzaine de kilomètres de Nevers

est un des plus beaux villages de France.

On s'attardera dans le village en sortant du jardin,

car il me tarde de vous faire visiter le Parc floral.

Regardez comme c'est charmant.

A l'entrée du jardin, nous découvrons une belle pelouse qui s'étale 

devant des bâtiments de style médiéval berrichon.

3 Le Parc floral a été imaginé, créé et modelé par Gilles de Brissac

 à partir de 1970 et à partir ...  de rien.

34Dans les années 1960, Gilles de Brissac s'arrache à tout ce que ses parents attendaient de lui :

éudes, commerce, maths, sidérurgie. Il sera jardinier.

Dans sa tête, Gilles de Brissac a l'idée de réaliser à Apremont-Sur Allier,

en souvenir de ses grands-parents, un parc floral doublé d'un arboretum,

peuplé de fabriques, de cygnes noirs, d'une cascade et d'innombrables fleurs et arbustes.

5Une telle ivresse se paye : en temps, en argent, en astuce. 

Tout son savoir, Gilles de Brissac l'engloutit là, ses nuits passées depuis l'enfance

à lire des livres de jardins, à visiter les parcs d'Europe,

à rapporter de chaque voyage des plantes rares dissimulées dans ses ... chaussettes. 

Son rêve prend vie et c'est en 1977 que le parc s'ouvre au public.

17 Admirez ce magnifique acacia de Constantinople

"Albizia julibrissin"

1Une belle allée nous invite à continuer la visite.

C'est un tourbillon de vivaces de la fin d'été qui colorent le jardin.

Regardez à droite et à gauche.

38A gauche, des anémones du Japon.

La délicatesse de la fleur est soulignée par la couronne d'étamines dorées au centre.

8  6

A droite, devant une haie minutieusement sculptée

s'épanouissent des fleurs de tabac blanches, des hélenies oranges,

des fleurs de ricin rouges au feuillage découpé.

20Regardons de plus près les helenies "Wyndley",

leurs couleurs originales sont joyeuses et lumineuses.

12Plantées en masse, les fleurs forment de belles taches orangées.

11jpgLes coreopsis jaunes ne sont pas en reste et donne aussi une floraison généreuse.

22

14On retrouve des anémones du Japon devant des graminées.

23jpgVoici une plante que je découvre, le physostegia virginiana.

Des épis de fleurs couleur rose violacée se développent à la pointe des tiges  au port raide.

Il n'y a pas de tuteur pour soutenir les tiges.

10  55

Le dahlia "Sayonara" a une belle couleur bordeaux très soutenue,

21tandis que le dahlia orange "tout à toi" rehausse les graminées dorées.

27

Les solidagos Goldzwerg nains illuminent les bordures avec leurs fleurs jaune d'or.

15Les sedums telephium "Matronna" nous viennent d'Allemagne.

16La plante peu exigeante se plait dans les sols rocailleux, peu profonds et secs.

71 Il faudra revenir en mai-juin pour admirer la magnifique floraison des glycines du Japon mauves.

Début septembre, elles forment une belle pergola ombragée de 110 m de long.

74Au détour du chemin, nous découvrons une charmante maisonnette

à la façade fleurie qui abrite le petit musée du Parc.  

72  7318  19

Regardez comme les bordures sont bien délimitées et le gazon coupé à raz.

43Dans ce parterre, la floraison jaune apporte beaucoup d'éclat en avant de la haie sombre.

76 La luminosité des rudbékias contrastent avec le feuillage pourpre des berberis.

77La pente est douce pour aller jusqu'au bélvédère.

Les marches sont bordées de graminées et de coreopsis

qui s'épanouissent devant un bel hydrangéa villosa.

24Les plantes sont exubérantes et n'ont pas souffert de la sécheresse,

l'arrosage doit y être pour quelque chose, mais l'eau ne vient pas du puits !

Il n'y a pas de secret, si on veut de belles plantes, il faut les bichonner.

25

Edifié en 1997, cette construction est une des 3 fabriques du parc.

Les "fabriques" sont des constructions de fantaisie

réalisées dans l'esprit de la deuxième moitié du XVIII° siècle.

Elles évoquent généralement des éléments architecturaux inspirés de

l'Antiquité, de l'histoire, des contrées exotiques ou de la nature.

40Les huit panneaux de faïence qui ornent l'intérieur décrivent le voyage autour du monde

des "Pulcinelli" de Naples, polichinelles légendaires de la Comédie italienne.

41J'aime bien la fin d'été qui marque le règne des bruyères

45et des graminées.

75 Le parc qui s'étend sur 4 hectares est dominé par le château,

une ancienne forteresse bourguignonne.

26Voici la 2° fabrique du Parc, le pont-pagode.

28Le pont-pagode et son toit en écailles rappellent la Chine

46  47

Il faisait beau ce 2 septembre et la promenade autour du plan d'eau était relaxante.

79Le parc est agrémenté de beaux arbres dont certaines espèces rares.

48Il est joli le lilas des Indes, fleur de mousseline,

Lagerstroemia indica "Yang Tsé"

78 Les grappes de fleurs sont généreuses et chatoyantes

69 La lumière de la fin d'été est douce et

met en valeur le feuillage des arbres, qui sont tous étiquetés,

et ça c'est bien !

29Pour profiter de la vue, rien de tel que de s'asseoir sur un banc.

Pour d'autres pauses sur un banc, c'est  ICI

70Et voici la 3° fantaisie, le pavillon turc ou "Turquerie" édifiée en 1994.

Construite sur pilotis, elle nous emmène en pensée sur les bords du Bosphore,

à l'époque de l'Empire ottoman.

56 A l'intérieur, la Bayadère, la Sultane, le Sultan et l'Astronome

évoquent en termes de saisons, les différents âges de la vie.

42Un bel hydrangéa villosa à port étalé et au fleurs lilas.

Au fond, de beaux feuillages dorés.

30L'hydrangéa Annabelle porte de spectaculaires fleurs blanches

qui finiront vertes à l'automne.

Un perovskia ou sauge de Russie aux fleurs bleues lavande se mire dans l'eau.

50J'aime bien les nénuphars, ils inspirent la zénitude.

68La cascade a été construite dans les années 1973 - 1975 dans une ancienne carrière

avec 650 tonnes de rochers.

31On a fait le tour du plan d'eau,

dernier regard sur le pont-pagode.

58Derrière les ifs (taxus baccata) taillés en pyramide, se développe

le jardin blanc inspiré du jardin blanc anglais de Sissinghurst, dans le Kent.

Pour voir le jardin de Vita Sackville-West à Sissinghurst, c'est ICI

52Comme à Sissinghurst, le jardin accueille de nombreuses fleurs blanches

54et les bâtiments ont beaucoup de charme, créant une ambiance très pittoresque.

53
63Les plantes à la floraison blanche sont nombreuses :

cosmos, cleome, phlox, rosier,

90astrance, géranium, monarde, stachys...

59Il est magnifique le sedum iceberg au feuillage vert tendre et aux fleurs blanc pur.

Ses grosses fleurs plates attirent les papillons

64Voici une jolie rencontre entre la rose "Iceberg" et l'achillea ptarmica  "the Pearl".

32  65

Pour compléter le décor en blanc, de beaux dahlias blancs au coeur jaune.

36Et pour finir en beauté, voici deux visions panoramiques du jardin.

88

89Comme promis, nous allons faire un tour dans le charmant village d'Apremont.

Au Moyen-age, Apremont était un village de carriers.

84 En 1930, le maître des forges du Creusot, Eugène Schneider, remet en valeur le village.

87Il fait démolir les maisons récentes qui n'étaient pas en harmonie avec l'architecture du lieu,

pour ne garder que les plus anciennes

et reconstruire des habitations dans le style médiéval berrichon.

81  L’unité architecturale de ce village est exceptionnelle avec ses toits de petites tuiles anciennes,

son crépi beige ocre, ses pierres jaunes et ses bordures fleuries.

83Apremont sur Allier est un des plus beaux villages de France.

85Il est fleuri par les jardiniers du parc floral.

82Si vous en avez l'occasion, n'hésitez pas,

la visite du parc floral et du village d'Apremont sur Allier vaut vraiment le détour.

Pour découvrir le parc floral au printemps, c'est ICI

Posté par sylvie jardine à 19:14 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

01 octobre 2016

Fête des jardins et des saveurs 2016 à (57) LAQUENEXY

FETE DES JARDINS ET DES SAVEURS 2016  (57) LAQUENEXY

4Depuis hier vendredi 30 septembre et jusqu'à demain soir,

les jardins fruitiers de Laquenexy battent au rythme de la Fête des jardins et des saveurs.

Malheureusement la pluie tant attendue depuis plusieurs semaines

s'est invitée à la fête en venant gâcher les festivités.

Aujourd'hui il pleut des cordes sur la Lorraine et 

j'ai une pensée pour les nombreux exposants

qui sont au rendez-vous pour vendre leurs produits dans le domaine des jardins et des saveurs.

Cette année, une exposition de mobiles présentent 300 variétés de pommes.

5  6

La météo 2016 n'a pas gâté les jardiniers.

Trop d'eau au printemps et sécheresse en été,

les jardins ont été mis à rude épreuve cette année.

Les asters Vasterival ont résisté au manque d'eau

et ils colorent généreusement les allées des jardins.

2

3Grosse déception cette année,

il n'y a pas à l'entrée du jardin la mosaïque de pommes qui faisait l'admiration des visiteurs

et qui était un peu l'emblème de cette fête annuelle.

J'ai été surprise de voir l'espace vide qui faisait un peu tristounet sous le ciel gris et lourd

de ce vendredi de fin septembre. 

20  21

On peut revoir les mosaïques de pommes réalisées les années précédentes dans le jardin d'un épicurien.

19Ces tableaux sont de véritables oeuvres d'art aux coloris joyeux.

Voici les réalisations de 2014 et 2015,

17  18

2012,

laquenexy 2012

2009 et 2011

15  16

Tant pis pour la mosaïque 2016.

Il y a eu par contre une belle surprise à l'inauguration de la fête des jardins et des saveurs.

RL 01/10/2016 : " Il a chanté le pouvoir des fleurs en 1992. 

24 ans plus tard, Laurent Voulzy en a une qui porte son nom. C'est une rose.

Il l'a découverte et baptisée, hier après-midi aux jardins fruitiers de Laquenexy,

pour l'ouverture de la 54° édition de la fête des jardins et des saveurs . "

Nouvelle image" Je me suis toujours senti petit à côté des fleurs,

donc je suis honoré et touché.

29Les fleurs comme les chansons, sont faites pour toucher le coeur "

a souligné l'artiste avant de plonger son nez dans cette fleur,

fruit de 7 ans de travail, de l'hybridation à la sélection phénotypique.

28" Une rose qui lui ressemble.

Ses couleurs ambrées rappellent ses origines antillaises 

et son parfum puissant nous emporte dans un tourbillon de notes acidulées. "

a détaillé son concepteur, Olivier Mathis, directeur général de la roseraie Guillot.

8"J'aime beaucoup le dégradé de rouge et de jaune de cette rose;

11Elle est très ensoleillée" s'est réjoui le chanteur

après avoir déambulé dans les jardins fruitiers.

27Avec beaucoup de chaleur,

l'artiste a rencontré la soixantaine d'exposants présents pour la fête.

1Ce n'est pas la 1° fois que Laurent Voulzy vient aux jardins fruitiers de Laquenexy.

Et pour cause, il a planté le 27 octobre 2012 un mûrier blanc tortueux.

12On connaît tous la chanson

"changer le monde, changer les choses, avec des bouquets de roses; 

7changer les femmes, changer les hommes avec des géraniums. "

9Eh bien voilà une anecdote croustillante livrée par le sympathique chanteur 

sur cette chanson composée avec Alain Souchon.

14

"Je ne voulais pas de géraniums.

Cette petite fleur des balcons parisiens ne me plaît pas.

Mais nous nous sommes disputés avec Alain et il a eu gain de cause."

10

" Avec une rose à son nom, Laurent Voulzy tient sa revanche." RL 01/10/2016

22  23  24  25

On va se quitter sur les paroles de Laurent Voulzy:

"J'adore la nature et l'idée que je me fais du paradis ressemble à un verger de pommes.

Donc merci de m'avoir invité au paradis "

26

Pour revoir les jardins de Laquenexy : 2015 c'est ICI // 2014 c'est ICI // 

2013  ICI & ICI // 

2012 ICI    

 

 

Posté par sylvie jardine à 17:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


25 septembre 2016

Jardins remarquables en Périgord Noir

 Destination le Périgord Noir et ses jardins remarquables.

Si la région tire parti de ses paysages, de son histoire et de sa gastronomie,

elle ravit également les amateurs de jardins.

Certains jardins du Périgord Noir sont très connus, d'autres moins, 

certains sont arrosés pour satisfaire les visiteurs (les plus connus)

d'autres subisssent la sécheresse de l'été 2016 en attendant les pluies.

On a découvert des jardins différents les uns des autres,

mais petits et grands nous ont charmés et je vous propose de les survoler 

avant de détailler les visites dans d'autres billets à venir.

Nore visite commence à (62) Terrasson - Lavilledieu avec les Jardins de l'Imaginaire.

41Ces jardins ont été créés en 1996 à la suite d'un concours international lancé par la mairie.

La visite contée nous emmène dans un parcours retraçant en 13 tableaux évocateurs

les mythes et légendes liés à l'histoire des jardins.

Nous traversons le bois sacré aux vagues bleues et blanches, les forêts d'elfes

mais aussi le tunnel végétal, les terrasses, la roseraie, le chemin des fontaines...

Ces jardins contemporains font surtout référence à l'eau.

Omniprésente, elle symbolise le temps qui s'écoule,

parfois rapide comme de petits torrents, parfois plus calme et régulier.

40Les 6 ha de jardins en terrasses dominent la ville de Terrasson et la vallée de Vézère. 

42Plus au sud, nous découvrons les Jardins de Marqueyssac (24) 

1Surplombant la vallée de la Dordogne, les jardins de Marqueyssac couvrent 22 ha

où serpentent allées et sentiers bordés de buis.

 Voici un rébus proposé aux enfants dans les jardins de Marqueyssac :

Mon 1° est le mâle de l'oie,

Mon 2° est tacheté de blanc et de la famille du cerf,

Mon 3° vient après le chiffre I.

Mon 4° est de la couleur de l'herbe,

Mon dernier est le contraire de mou

Mon tout qualifie ce type de jardin.

Ici très peu de fleurs, on appelle ce type de jardin :

un ________   __    ____________  * (réponse à la fin du billet)

Regardez le chemin en pisé entre les petites haies de romarin et les vagues de santoline. 

2La balade dans la forêt de chênes verts est très agréable

et de nombreux tableaux jalonnent les sentiers renseignant sur la faune, la flore et l'histoire.

6Les jardins de Marqueyssac offrent un panorama exceptionnel sur les villages et châteaux environnants. 

Nous pouvons apercevoir la Roque-Gageac au pied des falaises.

C'est notre prochaine destination.

7Le Jardin exotique de La Roque Gageac (24)

Bien protégé par la falaise, ce petit village pittoresque et charmant possède un jardin exotique.

Mais il faut grimper pour le découvrir et la montée est sportive.          

 12  13

Une exposition plein sud, la chaleur de la journée renvoyée la nuit par les falaises 

et la proximité de la Dordogne ont permis l'aménagement de ce jardin. 

14De part et d'autre d'une ruelle se développent

palmiers, bananiers, bougainvillers, orangers, citronniers et lauriers roses,

8et la jolie erythrine.

11Les Jardins du manoir d'Eyrignac (24)

15Ce sont certainement les jardins les plus connus du Périgord

et ceux qui m'ont le plus épatée.

16Les jardins à la française forment des allées de verdure

où la nature adopte des formes géométriques.

49Le jardin blanc avec ses roses blanches est magnifique

et le tori rouge offre une belle perspective sur la campagne environnante.

17Les jardins s'étendent sur de nouvelles scènes comme ce jardin sculpté,

 le jardin fruitier, la basse-cour des topiaires, les prés fleuris, le jardin des sources...

18En cette fin d'été, les dahlias colorent le potager.

19Les Jardins du Château de Losse (24)

Des bordures de buis encadrent des parterres de boules de lavande.

43Les jardins en terrasse sont plantés dans l'esprit des chambres de verdure du XVIe siècle.

Des fenêtres dans les charmilles permettent de remarquer les lavandes,

spirées enserrées dans les parterres de buis.

47Les Jardins de la Daille (24) à Florimont-Gaumier

Grâce au GPS, nous sommes arrivés sans difficulté dans ces jardins isolés dans la campagne quercynoise.

21Les jardins ont été créés autour d'un ensemble de bâtiments de ferme datant de 1810

 aux belles façades orangées.

Le 4 septembre dernier, le jardin était en souffrance.  L'herbe était sèche et jaunie,

les sedums, asters, graminées et oreilles d'ours tiraient la langue et fleurissaient timidement.

Il faut dire que l'été a été particulièrement chaud et sec, il n'a pas plu en juillet et en août !

24Contrairement aux jardins tels que Marqueyssac et Eyrignac bichonnés par une équipe de jardiniers,

les jardins entretenus par des particuliers sont plus exposés aux aléas météorologiques 

et à la disponibilité des propriétaires.

Avec l'âge, les propriétaires des Jardins de la Daille

ne peuvent plus gérer les chambres d'hôtes et le salon de thé. Dommage...

La propriétaire, une personne très sympatique, nous a fait visiter ses jardins

en nous assurant que le jardin reprenait rapidement vie dès qu'il pleut.

J'espère que la pluie de fin septembre a fait du bien à ces jardins.

Nous avons apprécié le calme et la beauté de la campagne environnante

25Les Jardins de Cadiot (24)

C'est en 1983 qu'Anne-Marie et Bernard s'installent dans une modeste maison périgourdine,

en plein coeur d'une forêt de chênes verts. Tout dans la proprété était en friches.

Après avoir restauré la maison, ils ont aménagé les parcelles autour de l'habitation 

puis les terrains de l'autre côté de la petite route en bas de leur propriété.

Dans les "jardins bas", nous découvrons le potager, le verger ornemental,

la pivoineraie, la roseraie, le jardin de poésie, le labyrinthe de charmes.

275 septembre 2016, les hydrangéas dans la partie ombragée du jardin étaient en pleine floraison.

26Dans les "jardins haut", après avoir traversé le jardin sauvage, 

nous arrivons dans le jardin de buis d'inspiration toscane.

29Les Jardins de l'Albarède (24)

Terrain très sec, pauvre, caillouteux et calcaire, étés très secs et chauds, hivers froids et rigoureux,

il en a fallu du courage pour s'aventurer dans l'aménagement des jardins.

Partant du principe qu'autrefois des gens avaient vécu sur cette terre

et en avaient tiré quelques récoltes pour vivre, les propriétaires ont créé les jardins de l'Albarède

en s'alliant avec la nature au lieu de la combattre.

Ici pas d'engrais chimiques, pas de pesticides, les jardins biologiques

sont dédiées aux plantes rustiques, aux insectes et aux oiseaux.

Dans le jardin à l'anglaise, des bordures de lavande rappellent qu'autrefois la colline

était plantée de lavandin récolté pour la distillerie.

339 septembre 2016, les graminées et les asters forment un heureux mariage.

35Dans le potager fleuri, les légumes sont toujours associés à des fleurs pour plusieurs raisons.

Tout d'abord pour le plaisir et pour rester dans l'esprit des jardins de campagne.

Ensuite car l'association avec certaines fleurs aide les légumes à combattre les maladies et nuisibles. 

Du bon sens en quelque sorte !

48Après avoir traversé le verger planté uniquement de pommiers 

dont la floraison tardive résiste aux dernières gelées,

nous découvrons le jardin de buis sauvages taillés et scupltés au gré de l'imagination du propriétaire.

34Les Jardins panoramiques de Limeuil (24)

Autrefois parc à l'anglaise avec de grands espaces ouverts sur le paysage 

et des espaces plus intimes ouverts sur l'intérieur du parc, les Jardins du Limeuil

sont aujourd'hui le fruit d'un travail paysager réalisé depuis plusieurs années

dans le respect de l'essence du site avec l'ajout de touches contemporaines.

Le jardin des couleurs est composé de plantes aux vertus colorantes :

mélisse, camomille des teinturiers, soucis, fusains d'Europe...

31Deux bassins et deux cascades forment le jardin d'eau.

L'eau y circule en circuit fermé :

les animaux et végétaux présents dans les bassins permettent d'assainir, filtrer et oxygénéer l'eau.

Des joncs, des sagittaires, du plantain d'eau, des iris des marais et des nymphéas 

agrèmentent la scène.

32Le jardin serpente vers un magnifique point de vue sur le confluent des rivières 

de la Dordogne et de la Vézère.

30Les Jardins d'eau de Carjac Aillac  (24)

Il a fait très chaud et sec la semaine du 3 au 10 septembre 2016 en Dordogne.

Alors nous avons apprécié la visite des jardins d'eau de Carjac Aillac

qui surplombent la rivière Dordogne.

36Au gré de la balade, on découvre 35 variétés de nénuphars et lotus géants.

Un itinéraire de 550 mètres de passerelles forme un labyrinthe aquatique

au centre de 3 000 m² de végétaux lacustres précieux et délicats.

37Les nymphéas s'ouvrent dans la journée aux heures les plus ensoleillées

et leur durée de vie est très courte.

J'ai bien aimé ces jardins d'eau originaux et rafraîchissants.

38Je détaillerai plus tard les jardins du Périgord Noir.

Mon prochain billet sera consacré à un jardin très connu qui est une pure merveille. 

Nous avons en effet profité de notre escapade dans le Périgord

pour faire une halte dans le CHER dans le charmant petit village médiéval d'Apremont sur Allier

pour visiter le Parc floral. Ouahhhh, qu'il est beau!

La visite vaut le détour et je vous propose d'attendre mon prochain billet

pour aller visiter ensemble ce magnifique jardin.

A bientôt

46

(*) rébus des jardins de Marqueyssas  : "un jardin de verdure"

Posté par sylvie jardine à 18:22 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

18 septembre 2016

Metz candidate à l'UNESCO

Vous connaissez Metz ? un peu, pas du tout ?

Peut-être en gardez-vous l'image d'une ville de garnison triste et froide.

Pour vous permettre de découvrir ou revoir Metz sous un nouvel éclairage, 

je vous propose de regarder le clip promotionnel mis en ligne vendredi dernier par la ville

dans le cadre de sa candidature à l'UNESCO.

 Metz rêve en effet d'être inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Pour appuyer sa candidature et faire découvrir le patrimoine messin et les beautés de la ville,

 Metz a fait réaliser un clip valorisant ses richesses.

MetzPour ceux qui suivent mon blog, vous pourrez voir "d'en haut"

le jardin éphémère 2016, les jardins du cloître des Récollets et l'esplanade.

Allez on clique sur le lien et c'est parti pour 2 minutes de balade :

 on clique ICI .

Posté par sylvie jardine à 11:59 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

28 août 2016

Jardins de topiaires à Durbuy (Belgique)

Avec la canicule, on reste calfeutrés à la maison, volets et persiennes clos.

J'aiiiiiiiime pas la chaleuuuur 

alors pour rafraîchir l'atmosphère, je vous propose une balade 

à Durbuy dans les Ardennes belges.

Le 18 juin 2016, ô joie de la météo, il ne faisait que 16 °C,

le ciel était nuageux et il y avait des averses.

45Les jardins de topiaires de Durbuy sont l'oeuvre d'un homme, M. Navez,

qui expérimenta l'art topiaire dans le jardin familial avec quelques boules de buis

avant de créer les jardins des topiaires.

55C'est pépé âgé de plus de 60 ans qui nous souhaite la bienvenue.

Il a fallu 15 ans pour lui donner sa forme définitive.

37Il y a aussi les amis de Jeanne Calment qui comptent plus de 120 ans

comme l'ancienne doyenne des français.

35Si le jardinier est à pied d'oeuvre, certaines se la coulent douce.  

59Deux copines se prélassent sur les chaises longues,

chuuuut, il paraît qu'elles ont septante printemps !

40Rassurez-vous, on n'est pas dans une maison de retraite.

La preuve, regardez la bimbo aux formes généreuses, vous la reconnaissez?

38Mais si regardez mieux, ici elle n'a pas son maillot rouge échancré,

mais c'est l'héroïne d'Alerte à Malibu,

Pamela Anderson.

8Bon sans transition, on va laisser notre bimbo pour regarder les écureuils,

41le tête à tête de deux oiseaux exotiques,

44un chien,

53un chat,

54un cygne,

20un paon qui fait la roue,

16et voilà la parade amoureuse des paons.

25jpgL'art topiaire consiste à tailler du buis, laurier, houx et cyprès dans un but décoratif 

pour leur donner des formes géométriques, des formes d'animaux, de personnes ...

56Le nom topiaire vient de l'époque romaine. "Topiarus" était le terme pour désigner les jardiniers.

57L'art topiaire fut oublié après l'époque romaine et ne réapparut qu'à la Renaissance.

13Les jardins anglais et français regorgeaient alors de buis taillés en formes géométriques.

15L'art redevint populaire à partir du XVIIème siècle, surtout en Angleterre, en France et aux Pays-Bas.

12Un détail piquant : des milliers de buis taillés furent arrachés et brûlés aux Pays-Bas

pendant la seconde guerre mondiale pour faire place à des plantations de pommes de terre et de tabac.

18La création la plus impressionnante des jardins de Durbuy est l'éléphant en taxus.

Sa hauteur atteint 4 mètres et son âge respectable est de 90 ans.

50  51

J'aime beaucoup le plan d'eau et sa jarre espagnole qui pèse plus de 2 500 kgs.

3Les nénuphars sont en fleurs et c'est joli.

4Près de la mare, on peut apercevoir des escargots,

52un héron en hêtre rouge,

5un dauphin,

19Maman cane et ses petits,

21deux kayaks et leurs occupants.

48Le kayak est une des spécialités sportives de Durbuy avec la descente de l'Ourthe. 

49Deux cavaliers en cyprès franchissent un obstacle.

36 Les jardins de Durbuy s'étendent sur 10 000 m² et compte 250 figures.

58Obélix serait ravi, voici le sanglier des Ardennes,

le symbole  de la province du Luxembourg.

42Pour faire une pause dans les jardins, il y a des bancs 

et celui-là me plaît beaucoup.

Pour comprendre pourquoi j'ai tilté en le voyant , c'est ICI

6Il y avait de belles sculptures dans les jardins de Durbuy.

7 Elles sont très délicates et tout en finesse,

malheureusement je n'ai pas d'infos sur leur créateur.

1

2

9

10Nichée dans les méandres de l'Ourthe, Durbuy est considérée comme la plus petite ville du monde.

11Avec ses petites rues pavées, ses bâtisses de pierre surmontées par un château du XIème siècle

perché sur un piton rocheux, Durbuy est une bourgade moyenâgeuse pittoresque.

27Le 18 juin dernier, c'était le championnat d'Europe de foot en France

et la Belgique a gagné 3-0 face à l'Eire.

30Alors malgré la météo frisquette, il y avait du monde sur les terrasses de café

29

et l'ambiance était très joyeuse dans les petites rues de Durbuy.

32  33

C'était la fête comme les belges savent si bien la faire !

28 Il paraît que la ville jouit d'une solide renommée gastronomique.

A voir les formes de la dame qui nous invite à revenir à Durbuy, on n'en doute pas.

34Pour continuer la balade dans de beaux jardins belges, c'est ICI

Posté par sylvie jardine à 14:28 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

20 août 2016

Metz le jardin éphémère 2016

7"Vivre d'amour et d'eau fraîche"

est le thème choisi pour le jardin éphémère 2016 à Metz.

1D'une surface de 600 m², 

le jardin se développe au coeur historique de la ville,

 dans un cadre magnifique entre le temple neuf

27la cathédrale et

34le théâtre.

19Il suffit de peu de choses pour vivre plein d'émotions,

comme s'extasier devant un dahlia,

36

35une fleur de la passion.

14Ce sont les fêtes de la mirabelle qui commencent ce week-end à Metz.

11Les festivités débuteront ce soir (samedi 20 août) par un grand bal,

6l'ouverture du village de la mirabelle et la dégustation des tartes.

(ça vous dit une part de tarte? je vous assure qu'elles sont délicieuses)

42Fin août, Metz se pare des couleurs du fruit emblématique de la Lorraine.

18Spectacles, concerts, art de la rue, marché du terroir et de l'artisanat,

élection de la Reine de la mirabelle, feu d'artifice, montgolfiades, 

parade des chars fleuris, tout un programme de fête pendant 9 jours !

28 2016 n'est pas une bonne année pour les mirabelles.

12Après un hiver doux et un printemps pluvieux propice aux maladies,

le fruit d'or se fait rare.

24Les 2 mirabelliers de mon jardin ont porté très peu de fruits,

juste assez pour faire une tarte, mais qu'est-ce-qu'elle était bonne!

37[" RL 20/08/2016 : A l'inverse pour les récoltants professionnels,

la cueillette 2016 s'annonce sous les meilleurs auspices.

4Pourquoi une telle différence ? parce que les arboriculteurs ont mené une stratégie ad hoc.

23Juste après la floraison, un traitement adapté a été appliqué

pour protéger le fruit au moment où il est le plus fragile.

29Les arbres ont été traités au minimum du minimum

mais sans ce suivi, les récoltants n'auraient pas plus de fruits que les particuliers.

33Les récoltants insistent bien sur le fait

qu'au moment de la récolte, il n'y a plus aucun résidu de traitement sur les fruits.

25Pour réguler naturellement les invasions d'insectes, un bon -5° C,

voire une température plus négative encore, serait bienvenue l'hiver prochain.

13Les récoltants sont contents,

la récolte 2016 sera quatre fois plus juteuse que celle de l'an dernier.

22Beau calibre, belle maturité, taux de sucre convenable, tout y est.

(quelle bonne nouvelle !!)

8La récolte des mirabelles de conserverie a déjà bien commencé,

10celle pour la distillerie ne débutera que dans une dizaine de jours."]

32Profitons des fêtes de la mirabelles pour aller visiter le jardin éphémère à Metz.

16Nous pourrons le voir évoluer jusqu'à fin octobre.

41Pour revoir le jardin éphémère 2015, c'est ICI

9

 

Posté par sylvie jardine à 19:38 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

14 août 2016

Les jardins du château de (54) Lunéville

Il était une fois un beau château surnommé le château des lumières.

1En 1702, le Duc de Lorraine Léopold 1er, s'éloignant de sa capitale Nancy occupée par les Français,

choisit Lunéville pour s'y installer avec sa cour.

Il y fait construire par Germain Boffrand, élève de Jules Hardouin-Mansart,

un somptueux château, inspiré du château de Versailles.

De style sobre, mais élégant, le château va devenir la résidence de Léopold, puis de son successeur,

Stanislas Leszczynski, devenu duc de Lorraine par la grâce de son gendre Louis XV.

15Père de la reine Marie Leszczynska,

Stanislas Leszczysnki  a en effet été installé en 1737 à la tête des duchés de Lorraine et de Bar

par son gendre, le roi Louis XV qui était soucieux de contrôler ces territoires stratégiques.

4On dit que Stanislas est le plus important duc de Lorraine parce que ce fut le dernier :

un souverain sans pouvoir, un homme qui préférait les arts aux armes,

les petits plats aux grandes manoeuvres. 

Un roi gourmand et raffiné.

2Pendant ses 3 décennies de règne, le "philosophe bienfaisant" quittait peu sa province.

Il allait seulement une fois l'an à Versailles voir sa fille et embrasser ses petits-enfants.

12A défaut de pouvoir réel, Stanislas disposait de revenus confortables.

Son objectif fut de hisser la Lorraine parmi le monde culturel et artistique des cours européennes

en protégeant artistes et gens de lettres.

19Stanilas était un amoureux de la nature et

ce qui l'intéressait surtout à Lunéville, c'étaient les jardins qu'il souhaitait embellir.

A son arrivée, les jardins formaient un ensemble de plusieurs parterres à la française

 dessinés avec une rigueur géométrique.

Une longue allée centrale était bordée de parterres, de pelouses et de fleurs

qui s'ordonnaient régulièrement autour de bassins.

Stanislas décida d'embellir les bois bordant le parc

en y faisant construire des « folies » comme le Kiosque turc, le Trèfle chinois, ou encore la Chartreuse.

14Des jets d'eau et le fameux jardin des bosquets ont embelli les 17 hectares du parc.

8Voltaire, qui fréquentait avec Diderot, Saint Lambert et Montesquieu,

le petit "Versailles lorrain" a écrit :

"On ne croyait presque pas avoir changé de lieu quand on passait de Versailles à Lunéville"

6Stanislas eut aussi des initiatives sociales en avance sur son temps :

écoles, hôpitaux, bibliothèques publiques, greniers collectifs, secours aux plus démunis.

17L’une des œuvres les plus connues à l’actif de Stanislas Leszczynski

 est à Nancy la place Stanislas construite par l’architecte Emmanuel Héré.

Elle réunit la vieille ville à la ville neuve

et des immeubles et des grilles dorées, œuvres de Jean Lamour, l’entourent.

10Une statue de Louis XV a trôné au centre de la place jusqu’à la Révolution

et en 1831, la ville a installé à l’emplacement laissé vide une statue de Stanislas.

La "place Stan" est classée aujourd'hui au patrimoine mondial de l’Unesco.

9Le 23 février 1766, Stanislas Leszcynski, dernier duc de Lorraine,

meurt à 88 ans des suites de graves brûlures.

C'est en s'approchant trop près d'une cheminée que sa robe de chambre a pris feu.

Le bienfaiteur de la Lorraine ne se remettra jamais de ses blessures 

et mourra quinze jours plus tard.

18Dès le lendemain de la mort du duc de Lorraine,

un édit royal  annonce la réunion de la Lorraine dans le royaume de France :

toutes les propriétés du duché de Lorraine reviennent au roi Louis XV, gendre de Stanislas.

11Après de fastueuses cérémonies,

le roi Louis XV s'empresse de se débarrasser des symboles de l'indépendance de la Lorraine :

le château de Lunéville (54) devient une caserne, celui de la Malgrange (54 ) fut en partie détruit,

et le château de Commercy (55) fut laissé à l'abandon.

16Depuis sa construction au XVIII siècle, le château de Lunéville a été victime de plusieurs incendies.

Le dernier remonte à la nuit du 2 au 3 janvier 2003 où un feu a pris dans la charpente de la chapelle.

Avant qu'interviennent les pompiers, un vent violent s'est levé et a poussé les flammes 

vers les autres parties du château.

12L'émotion suscitée par cet incendie s'est transformée en un vaste mouvement de mobilisation.

2016, les travaux de reconstruction du château ont bien avancé

et la fin de la restauration est programmée pour 2023, soit 20 ans après l'incendie.

20Aujourd'hui si les folies et décors qui l'ornaient ont disparu,

le jardin a conservé du XVIIIème siècle ses bassins, proportions et perspectives.

Les parterres ont retrouvé les grandes lignes du tracé originel lors d'importants travaux en 1946,

puis leur état d'origine en septembre 2003 avec la restauration des broderies de buis.

Le parc ne possède pas d'essences remarquables, cependant les marronniers,

vieux de plus de 150 ans, ont une vraie valeur patrimoniale.

24De nombreuses sculptures étaient présentes à l'origine,

mais une grande partie a été vendue à la disparition de Stanislas.

Ne restent que quatre sculptures de Barthelemy Guibal, dont Flore (ci-dessous)

72016 marque l'anniversaire de la réunion de la Lorraine à la France 

et de l'événement à l'origine de ce tournant politique : la mort du bon roi Stanislas.

De nombreuses manifestations sont organisées en Lorraine pour fêter l'événement.

La visite du château de Lunéville et de ses jardins est une belle idée balade.

Posté par sylvie jardine à 15:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :