sous ma gloriette

23 avril 2017

Le jardin du petit bordeaux [72 220 SAINT BIEZ EN BELIN]

0A 20 kms au sud du Mans, nous allons découvrir un magnifique jardin

créé de toutes pièces en 1987 sur une superficie de 1,5 hectares.

Difficile d'imaginer qu'à l'origine, l'endroit était un terrain marécageux

où ne poussaient que quelques broussailles et quelques arbres.

Aujourd'hui 4 000 végétaux créent des atmosphères naturelles 

qui participent à la beauté de ce jardin des quatre saisons.

3Au lieu-dit "Le petit bordeaux", 

Michel et Sylvie BERROU ont aménagé un jardin de type anglais

en plantant beaucoup d'arbres pour isoler le jardin des vents d'est et nord-est

et former des ombrages protecteurs pour les étages inférieurs.

46L'endroit est un peu isolé et 

il faut s'aventurer dans une allée ombragée pour découvrir le jardin.

27Voici une image de carte postale.

Admirez cette pelouse à l'anglaise dans son écrin de verdure. 

Il n'y a pas de secret, la pelouse est taillée tous les jours à la belle saison !

1Ces longères du XVIIIème siècle sont typiques de la région des pays de la Loire

avec leurs pierres de tuffeau et leur toit d'ardoises plates.

Elles sont charmantes et semblent tout droit sorties d'un conte de fées.

2Regardons de plus près l'entrée de la maison :

son charme tient à la couleur ocrée de la pierre, aux volets bleus,

au sol pavé irrégulier et herbu,

au rosier "Pierre de Ronsard" qui habille la facade,

aux géraniums vivaces qui ont pris place sur le petit banc,

aux potées sagement posées le long de la petite allée...

9Faisons maintenant le tour de la place engazonnée.

4De nombreux bancs nous attendent dans le jardin pour rêver

et apprécier la douceur des lieux.

7Le dégradé de couleurs vertes, jaunes et blanches est harmonieux et tendre.

8Le jardin du petit bordeaux a été sélectionné en 2014 pour représenter la région des pays de la Loire

dans l'émission de Stéphane Bern "Le jardin préféré des français".

10Il a obtenu la 5° place sur les 22 jardins sélectionnés dans toute la France.

12Les nombreux prix obtenus témoignent de la beauté de ce jardin.

Le jardin a reçu le 1er prix Bonplan 2002 par la Société d'Horticulture de France.

En 2007, il a été classé jardin remarquable, a reçu le 1er prix du Top des Parcs,

et le 4ème prix Best Park competition.

5Continuons la balade.

Une gloriette est dissimulée dans la verdure de la végétation.

35Le long du chemin, on peut méditer en lisant des citations

inscrites sur des pierres.

13Voici ma citation préférée :

"A Noël, je n'ai pas plus envie de rose

que je ne voudrais de neige au printemps.

J'aime chaque saison pour ce qu'elle apporte "

William Shakespeare

48De belles fougères arborescentes "Dicksonia antarctica"

à l'allure exotique bordent le chemin.

Cette fougère a une croissance très lente, elle pousse de 3,5 à 5 cms par an.

Son originalité est de posséder un système racinaire aérien

qui entoure le tronc et se développe avec lui.

14Cette fougère originaire de Tasmanie n'a pas évolué depuis 130 millions d'années,

les dinosaures s'en régalaient déjà...

Voyez comme la végétation est diverse et touffue.

La scène semble très naturelle et pourtant

la plantation des plantes a du être minutieusement étudiée pour jouer avec toutes les couleurs.

18Tiens tiens un canard, 

la mare ne doit pas être loin !

34Le terrain qui était marécageux a été drainé et réaménagé en étang. 

25Des petits cours d'eau accueillent sur leurs berges des plantes aquatiques.

15

16Nous avons visité ce jardin le 4 juin 2016 et avons pu admirer 

les nombreux rhododendrons en fleurs à cette époque de l'année,

17des nénuphars,

49des géraniums vivaces et pleins d'autres plantes dont je ne connais pas le nom.

20

21Sur ses longues pattes effilées, un échassier nettoie son aile

avant de repartir à la pêche.

22Pour le martin-pêcheur, la pêche a été fructueuse.

23

24 La particularité de ce jardin est que le regard ne peut embrasser tout le jardin d'un seul coup d'oeil.

Il faut passer le petit pont de bois 

41et aller de l'avant pour découvrir la suite de la visite et

admirer à chaque détour d'une allée une nouvelle scène qui nous émerveille.

40Début juin, les pivoines étaient en fleurs,

Paeonia " Border Charm "

30Paeonia Itho " Bartzella ".

31La végétation est foisonnante et le contraste entre 

les formes libres et les haies minutieusement taillées est réussi.

33Les heuchères se plaisent dans ce jardin ombragé 

et nous pouvons admirer la diversité de leurs coloris.

Ici, les bordures d'heuchères illuminent le chemin engazonné.

28Une haie de charmille ceinture des bouleaux à la sublime écorce blanche

(Betula utilis Jacquemontii)

Les celtes considéraient ces bouleaux comme bénis des Dieux

et les baptisèrent "arbres de la lumière"

42Les bouleaux poussent dans des vagues de hêtres taillés.

Il faut caresser l'écorce des bouleaux pour apprécier la douceur du tronc.

44   45

L'arbuste au feuillage blanc qui illumine la croisée des chemins

est (certaienement) un cornus controversa variegata (je n'en suis pas sûre]

38De mai à octobre, Michel reprend tous les 12 jours la taille des charmes 

afin de maintenir un arrondi parfait sur ... 850 mètres de haies !

C'est la cisaille qu'il utilise pour travailler ...

1°) en silence et...  2°) de façon précise !

39 Dans ce jardin, le sol est humide car la nappe phréatique affleure à certains endroits.

L'humidité est entretenue par les ombrages et le paillage.

29Vous voulez connaître le secret de ces pelouses toujours vertes :

pas plus de 4 heures de soleil par jour,

une tonte rase quotidienne pour ramener la rosée au plus près des racines

et en guise de fortifiant, de la cendre de bois étalée au printemps.

Le jardin est traité sans engrais ni traitements.

37Quel plaisir de terminer la visite par la pépinière

qui propose une collection intéressante d'hostas et d'heuchères.

36Le jardin du petit bordeaux est un très beau jardin intimiste

où il fait bon s'asseoir sur un  banc pour profiter de l'instant présent.

50

Posté par sylvie jardine à 15:02 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,


14 avril 2017

Pâques au jardin

17"A pas légers, un soupir d'impatience,

la primevère entre dans la danse.

L'accompagne l'hellébore secoué  par un dernier frisson.

Aux timides aurores le velours des chatons se balance sous un duvet frileux.

Le tapis desséché et froid décompose ses cuirs et déploie des mousses de soie.

C'EST LE GALA DU PRINTEMPS."        Elda Von KORFF

5L'an dernier, les hellébores n'avaient pas fleuri dans mon jardin,

peut-être à cause d'un hiver trop doux !

1Heureusement les années se suivent et ne se ressemblent pas.

 Cette année, les fleurs sont jolies et généreuses.

12 Les plus communes, récupérées dans les jardins de grand-mère,

ont perdu avec les années leur couleur rosée pour virer au blanc.

2Par contre, parmi les hellébores installées plus récemment, les fleurs pourpres

 se marient à merveille avec les tulipes roses et jaunes.

26Pensées, bruyères, muscaris et primevères,

c'est un classique dont je ne me lasse pas

car c'est un spectacle garanti pendant plusieurs mois.

14 Les primevères communes, primula vulgaris, reviennent fidèlement chaque année

et se ressèment où bon leur semble.

16Apparemment elles apprécient les gravillons de la gloriette 

et sans rien demander à personne, elles occupent l'endroit

pour former un joli tapis fleuri !

27Devant la maison, il ne faut pas râter la floraison de l'amélanchier 

car elle ne dure que quelques jours.

18Après l'amélanchier, ce sont les iberis sempervirens

qui prennent le relais en formant de beaux tapis blancs

fleuris pendant plusieurs semaines !

24Les bonsaïs mis en terre à l'automne ont été rempotés début mars.

Le forsythia est fleuri et l'érable est couvert de feuilles.

13Le pied du mirabellier de Nancy est habillé de muscaris, tulipes rouges,

 et d'un joli bergénia Herbstblatt Bergenie aux fleurs roses soutenues.

10Après la floraison, je laisse les tulipes en pleine terre

et laisse jaunir et sécher le feuillage afin que les bulbes reconstituent leurs réserves.

11En été,  il n'y a plus de trace visible des tulipes,

alors il y a toujours le risque du coup de bêche ou de pioche malheureux

qui va abîmer le bulbe d'une ou deux tulipes par-ci par-là !

Tant pis, c'est trop de boulot d'enlever et de replanter les bulbes !

9 Le pommier en fleurs est mis en valeur devant le rouge des photinias

et le vert des lauriers.

28En avril, c'est devant la maison que le jardin est le plus coloré.

15Le photinia sur tige installé dans un pot pendant plusieurs années

a été rempoté à l'automne dernier en pleine terre.

25Avec les tulipes, il forme un beau tableau printanier.

20J'espère que le lapin de Pâques  appréciera le fleurissement du jardin

et qu'il viendra déposer beaucoup d'oeufs en chocolat.

(en Moselle, c'est le lapin qui vient gâter grands et petits)

19Hummm, vivement dimanche et 

tant pis si les prévisions météorologiques sont fraîches et grises pour Metz.

22Je vous souhaite de Joyeuses Fêtes de Pâques.

23

Posté par sylvie jardine à 18:14 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

02 avril 2017

Parc oriental de Maulevrier

34Entre 1899 et 1910, la famille Bergère et leur gendre, l'architecte Alexandre Marcel

avec l'aide de leur jardinier, Alphonse Duveau, amènagent l'extérieur du château Colbert

en créant un jardin à la française, un potager et un verger.

38Alexandre Marcel exploite ensuite les bords du Maine, où il commence à façonner un jardin 

qu'il appelle "paysage japonais".

13Il y intègre peu à peu des éléments d'architecture qu'il avait créés pour l'Exposition Universelle

de Paris en 1900, notamment le moulage d'un temple Khmer Cambodgien.

28

39  40

Il fait creuser un étang, 

16élargir le Maine

49et ajoute de multiples végétaux exotiques.

29A sa mort, le jardin tombe dans l'oubli et est peu à peu laissé à l'abandon.

En 1980, la commune rachète le parc et une association est créée

pour restaurer le site à partir de photos et de documents.

2Après des années de travail, les efforts de l'association sont récompensés.

50Le jardin est aujourd'hui identifié comme le plus grand jardin japonais d'Europe.

Nous pouvons y admirer de magnifiques arbres taillés en nuages.

3

4La couleur rouge orangée du tori

42et du pont signale l'importance et le caractère sacré du lieu.

5Le nom donné aux îles du paradis, île de la grue et île de la tortue, représente le principe

du yin et du yang, une harmonie entre 2 êtres opposés.

Les îles sont interdites au public pour ne pas déranger les esprits.

18L'embarcadère totalement détruit pendant la période d'abandon du parc

a été reconstruit en 1987.

41Aujourd'hui il est utilisé par les jardiniers

pour tailler les végétaux sur les rives du lac.

7

23La pagode abrite une exposition de photos et un montage audiovisuel

expliquant la correspondance entre Maulévrier et les jardins japonais.

12La pagode est entourée d'un beau jardin de mousse, de fougères, bambous

et d'arbustes taillés en nuages.

14Il y a dans ce parc

de très belles fougères "Dryopteris erythrosora" .

Le feuillage vert foncé brillant vire à l'orange presque rouge en automne,

32des orchidées jacinthe " Bletilla striata",

6des ifs d'Irlande dorés "taxus baccata fastigiata aurea",

9des érables du Japon "Orange Dream"

et plein d'autres végétaux magnifiques...

8L'eau est l'élément principal du jardin.

25La circulation d'eau doit traverser le jardin d'est en ouest,

elle symbolise la course du soleil mais aussi

la vie de l'homme, de la naissance à la mort

et entre les deux, les nombreuses transformations et évolutions 

que peuvent subir tous les élements et les êtres vivants.

19La pièce d'eau est l'endroit le plus travaillé et le plus sensible du jardin.

25Installée en 1992, la corne d'or vient directement de Thaïlande.

27Elle représente une des extrêmités du corps du Naja,

l'esprit protecteur des eaux.

48Qu'il fait bon se promener dans ce parc !

La végétation est riche et forme un tableau harmonieux et apaisant.

Ci-dessous, la butte aux azalées.

24

36Pour profiter pleinement de ce parc, on ralentit le pas pour profiter de l'instant présent

33et on fait des pauses pour admirer l'endroit.

11Le 8 juin 2016, il faisait 26 °C et 

nous avons passé un très bon moment dans ce parc oriental.

37Voici les derniers aménagements.

22

21En nous dirigeant vers la cafétéria,

nous découvrons les fontaines de l'espace d'éveil au jardin.

43  44  45  46

et une collection de bonsaïs.

47Pour découvrir un autre jardin japonais différent mais tout aussi intéressant,

c'est ICI, le jardin d'Erik Borja. (26600 BEAUMONT MONTREUX)

Posté par sylvie jardine à 18:18 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

25 mars 2017

Les jardins de contes de fées du château du Rivau (suite)

12 Dans un billet précédent, nous avons visité une partie des jardins

du château du Rivau. (ICI)

Aujourd'hui nous continuons la promenade dans ces jardins féériques.

13Pour ceux qui ne le savent pas, la princesse Raiponce a une longue chevelure

investie d'un pouvoir de guérison.

Dans son jardin, ce sont des stipas et des aulx qui évoquent la belle chevelure.

14

9Les fleurs de ce jardin sont toutes à dominante violacée.

Le 9 juin, nous pouvons admirer les alliums giganteum aux impressionnantes inflorescences en boule,

la sauge, salvia nemorosa, les cheveux d'ange, stipa tenuifolia.

En été, les Veronicastrum virginicum "Fascination" aux épis mauves

prennent le relais.

7Le jardin des filtres d'amour.

C'est le jardin des plantes à effet magique.

Au centre gauche du parterre,

l'armoise citronnelle a un beau feuillage vert-de-gris plumeux et odorant.

Elle est utilisée comme liqueur appelée arquebuse.

6Approchons-nous pour admirer la beauté des massifs :

de beaux rosiers aux couleurs pourpres (Charlemagne, Dark Lady...) 

se marient aux alliums, petites marguerites, clématites.

Le tableau est très romantique...

3450 variétés de roses parfumées embaument les parterres du château.

4

53 Les paons circulent en toute liberté dans les jardins

8et nous les retrouvons dans le verger de paradis.

56Ce verger abrite une collection de variétés anciennes de pommiers, cerisiers,

15néfliers et amandiers.

16Les pieds de tous les arbres sont tapissés de fleurs.

Début juin, les valérianes sont en fleurs.

42 Le jardin du petit Poucet

20Les graminées et les emerus forment un ensemble léger et mouvant.

23Et puis voilà les fameuses bottes de sept lieues.

Faîtes bien attention, ce sont deux pieds gauches de 3,20 mètres de haut.

18Contient-il vraiment 3 litres d'eau cet arrosoir ?

19Voici l'allée des fées dédiée au conte de Poucette.

Rappelez-vous Poucette est née dans une fleur et elle n'était pas plus grande qu'un pouce.

55Et comme tous les contes de fées, son histoire finit bien :

un jour Poucette rencontre son prince charmant dans un jardin de fleurs.

25Et ce jardin ressemble à celui du Rivau :

il y avait de beaux rosiers.

29Encore un peu de soleil et les persicaires " firetail " formeront bientôt un beau tapis couleur framboise.

26 La Cassinina adossée sur une haie d'espèces indigènes

est un jardin d'inspiration mythologique.

Ce jardin abrite une partie de la collection des roses parfumées du château.

38 Le nom cassinina vient du jardin mythique où Zeus connut Mnémosyne,

la muse de la mémoire et conçut

Athena, la déesse de la guerre. 

39Cette partie du jardin est tendance rouge.

44Chuuuut !!!

nous entrons maintenant dans la forête enchantée.

28Il ne faut pas déranger les lutins, protecteurs de la forêt magique.

27

41Le muret qui borde la propriété est fleuri de lys, de pavots...

37 La tour du guet nous offre un panorama intéressant :

40 une belle vue sur le château

34et sur le jardin du petit Poucet.

46 Et une vue d'en haut sur le labyrinthe d'Alice au pays du Rivau.

17Nous découvrons au fond du jardin la jolie volière du Phénix.

32J'aime bien le mariage des couleurs :

l'arche de catalpa, le feuillage gris clair des saules crevettes, les feuillages pourpres...

33Entre les iris défleuris, nous découvrons une famille de jardiniers 

et des sculptures d'animaux en pots de terre cuite.

30

45 Les archives du château indiquent la présence d'une truffière au XVII ème siècle.

Des chênes truffiers ont été replantés en 1999 après la fameuse tempête

et il est possible de venir chercher des truffes en janvier ou février.

31Nous avons été si agréablement surpris par ces jardins du château du Rivau

que nous sommes restés plusieurs heures à nous promener et flâner dans les allées.

47La publicité n'est pas mensongère.

Se promener dans les jardins enchantés du château du Rivau,

c'est retomber en enfance, découvrir les nombreuses variétés de plantes,

 admirer et sentir les roses parfumées.

48Les parterres sont très bien entretenus et toutes les plantes sont étiquetées.

Pas étonnant que ces jardins sont classés "jardins remarquables",

"conservatoire des roses parfumées" et "conservatoire de la région centre".

49Refaisons un petit tour dans les jardins

avant de quitter cet endroit magique.

22Le parc s'étend sur 6 hectares. 

57Il faut souligner que les jardiniers du château du Rivau travaillent dans le respect de l'environnement

et pratiquent un jardinage sans engrais chimiques.

50Alors si vous en avez l'occasion, allez découvrir ces jardins

qui enchanteront grands et petits !

51

52Nous quittons les jardins du château du Rivau.

Rendez-vous pour un prochain voyage au parc oriental de Maulevrier.

Posté par sylvie jardine à 17:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

05 mars 2017

Les jardins de contes de fées du château du Rivau [37 LEMERE]

Au programme aujourd'hui, une promenade dans des jardins féériques

qui vont nous plonger dans les contes de fées et les histoires magiques.

Laissons vagabonder notre imaginaire et allons sans tarder visiter les jardins du château du Rivau.

12Classé au patrimoine mondial de l'UNESCO, le château médiéval du Rivau est isolé 

au milieu des champs à une dizaine de kilomètres de Chinon.

Jeanne d'Arc y serait venue chercher des chevaux du roi pour le siège d'Orléans.

45La visite commence dans la cour des communs où nous découvrons le potager de Gargantua.

55Ce potager rend hommage à Rabelais né à quelques kilomètres du Rivau.

Dans le roman " Gargantua ", Rabelais cite en effet Rivau :

"... puisque Gargantua offre le château du Rivau au capitaine Tolmère

en guise de récompense à ses victoires lors des guerres pichocrolines... "

28Les légumes sont plantés sur des plessis surélevés.

Cette technique était déjà utilisée au Moyen Age

pour protéger les cultures des rongeurs et autres mammifères.

Le paillage limite la corvée des mauvaises herbes.

Les allées gavillonnées apportent de la chaleur et une douceur visuelle.

16CHAPEAU à ce potager qui a obtenu en 2016

le grand prix du potager innovant décerné 

par la Société Nationale d'Horticulture de France  pour son approche résolument écologique.

Les végétaux sont soignés uniquement au purin d'ortie.

56Le potager a par ailleurs pour objectif

de promouvoir la valorisation culturelle des variétés légumières et locales d'autrefois :

le chou navet jaune de ST Marc, la citrouille de Touraine, le haricot barangeonnier, la sucrine du Berry ...

plus de 70 variétés de courges sont cultivées.

Un restaurant locavore sert des menus réalisés avec les produits du potager ou des alentours.

Lors de notre visite, le beau temps nous a permis de manger dans la cour du château,

un beau moment de détente et de gourmandise !

15Regardez comme ils sont beaux ces artichauts !

Ils auraient été, avec d'autres nombreuses graines, ramenés d'Italie par Rabelais, passionné de botanique.

Ici, les artichauts symbolisent les chandeliers du château.

38Des rosiers bordent les rangs de vigne.

Outre l'intérêt esthétique, le but est surtout de repérer les attaques de l'oïdium.

Les rosiers étant plus sensibles que la vigne à l'attaque de ce champignon, 

ils sont malades en premier et servent ainsi d'indicateurs aux vignerons.

51Des artistes ont installé des oeuvres d'art dans les jardins.

Uns sculpture en forme de godillot surdimensionné renvoie aux objets symboliques des contes de fées

et annonce le voyage au pays de l'imaginaire.

50Une taupe géante émerge de la terre du potager.

Ravie de mettre son nez dehors,

elle accueille les visiteurs à leur arrivée dans le monde merveilleux du Rivau.

13Un carroussel inaccessible symbolise le rêve autour des châteaux de légende

et renvoie aussi à la griserie du tourbillon sans fin du monde contemporain.

32Autour du potager, les façades des écuries royales et du pressoir sont joliment fleuries.

14Classés jardins remarquables,  les jardins du château du Rivau sont labellisés

"conservatoire de la rose parfumée".

1Les jardins accueillent plus de 400 variétés de roses et plus de 200 variétés d'iris.

3Un partenariat a été mis en place avec le rosiériste David Austin

qui a la particularité d'obtenir des roses remontantes, ce qui permet une floraison de fin avril à octobre.

4Nous avons visité les jardins du Rivau le 9 juin 2016

et c'était la bonne période pour admirer les rosiers.

34Mais un jardinier qui désherbait les parterres nous a expliqué

que la semaine précédente avait été une catastrophe pour la manifestation

" Rendez-vous aux jardins" à cause des pluies abondantes.

Juin 2016 a en effet été particulièrement pluvieux

et la région Centre-Val de Loire a connu de spectaculaires inondations.

(l'autoroute A10 avait même du être fermée).

35

9J'aime beaucoup cette allée avec les stipas dorés et gracieux au pied des arbres.

5Des rosiers, des stipas pour la légéreté, des iris,

37des valérianes roses. 

6Des rosiers grimpants recouvrent entièrement la gloriette et c'est joli:

Iceberg Climbing et Claire Jacquier.

30Approchons-nous du château à la belle façade blanche.

52La potentille forme de belles bordures fleuries.

10

44

48Majestueux, un paon sort du château.

Quatre paons dont deux blancs se promènent en toute liberté dans les jardins,

ce qui explique les "couches grillagées"  dans le potager.

39Nous traversons la cour intérieure pour nous diriger vers le jardin secret.

18C'est le coin des rosiers, l'endroit est romantique.

19Tiens voilà les paons blancs. 

41Le jardin secret aux tonalités roses est charmant.

La douce musique de la chanson " j'ai descendu dans mon jardin..."

est diffusée sous les tonnelles de roses .

On oublie tout et on a 6, 7 ou 8 ans...

54On se plaît à ralentir le pas

à l'ombre de la vigne et des rosiers aux couleurs tendres.

22Les roses anglaises sont les reines de ce jardin secret.

21

23

24Les valérianes roses et blanches résistent bien à la sécheresse

et se ressèment spontanément.

Les fleurs simples sont préférées aux hybrides

car elles attirent davantage les insectes pollinisateurs.

40Les rosiers liane partent à l'assaut des murs d'enceinte des douves asséchées du château .

Le gazon est tondu à ras.

1725  26

27 Cultivés depuis plus de 2000 ans avant J.C.,

les rosiers se prêtent à de nombreuses hybridations qui ont conduit

à la création de milliers de variétés.

46C'est en plein XIVe siècle, avec les croisades, que les premiers rosiers exotiques

furent importés dans notre pays. 

7Dans un premier temps, ils se croisèrent naturellement avec des rosiers sauvages de nos régions,

dont l'églantier.

A partir du XIXème siècle des hybridations vont se développer, créant des milliers de variétés (cultivars).

8A l'extérieur de la cour du château, un parterre d'entrelacs de lavandes 

11Cette promenade était l'apéritif de la visite,

un avant-goût de ce qui nous attend dans les autres jardins du château du Rivau.

Elle a- j'espère - aiguisé votre curiosité en vous donnant envie de continuer la promenade.

Les autres jardins du Rivau que nous découvrirons dans un prochain billet sont magnifiques et magiques.

Alors à bientôt pour la suite de la visite des jardins du château du Rivau.

Posté par sylvie jardine à 18:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


12 février 2017

La Saint-Valentin

LA SAINT-VALENTIN

Auguste Angellier. (1848-1911)

1Février vient, c'est la Saint-Valentin, 
Février vient, il fait rougir les saules, 
Et, sous les rais d'un soleil argentin, 
Encor frileux découvre ses épaules.

4 Dès qu'au ciel gris, c'est la Saint-Valentin, 
Dès qu'au ciel gris, un peu d'aube prochaine, 
Un pli d'argent et de jour indistinct 
Ont soulevé les ombres sur la plaine,

8Tous les oiseaux, c'est la Saint-Valentin, 
Tous les oiseaux, rouge-gorges, fauvettes, 
Merles, geais, pics, tout le peuple mutin 
Des moineaux francs, les vives alouettes,

9Se réveillant, c'est la Saint-Valentin, 
Se réveillant, et secouant leurs plumes, 
D'un fou désir et d'un vol incertain 
Se sont cherchés dans les dernières bruines.

6Dans les buissons, c'est la Saint-Valentin, 
Dans les buissons, les lierres et les haies 
Où le houx vert offre un rouge festin, 
Dans les roseaux, les halliers, les coudraies.

14Dans les vieux murs, c'est la Saint-Valentin, 
Dans les vieux murs, pleins d'heureuses nouvelles, 
Ce fut des cris, des chants, un bruit lointain 
De gazouillis et de battements d'ailes.

11Tous échangeaient, c'est la Saint-Valentin, 
Tous échangeaient, en palpitant de joie, 
Maint propos tendre ou leste ou libertin, 
Après lesquels il faut qu'on se tutoie.

15De temps en temps, c'est la Saint-Valentin, 
De temps en temps, se détachait un couple ; 
Et tous les deux avaient bientôt atteint, 
Pour y causer tout seuls, un rameau souple.

3Puis ils cherchaient, c'est la Saint-Valentin, 
Puis ils cherchaient les branches élevées 
Ou l'humble touffe où blottir leur destin, 
Et faire un nid aux futures couvées.

5Et tout le jour, c'est la Saint-Valentin, 
Et tout le jour ce fut des mariages, 
Conclus sans prêtre et francs de sacristain, 
Et dont les lits sont les premiers feuillages.

17

Voici le soir, c'est la Saint-Valentin, 
Voici le soir, sortant de ses repaires 
L'ombre a rampé vers le soleil éteint : 
Tous les oiseaux sont endormis par paires.

16

(Poème extrait de "Le chemin des saisons")

Posté par sylvie jardine à 14:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 février 2017

Les jardins de l'Albarède [24 SAINT CYBRANET]

30Les photos ne sont pas très réusssies et ne mettent pas les jardins en valeur.

Mais tant pis !

Il me tient à coeur d'évoquer ces jardins nés du pari

d'un jardinier paysagiste et d'une journaliste de jardin

de redonner vie à une friche stérile.

Il en faut de la passion et du courage pour se lancer dans une telle aventure.

Aujourd'hui le résultat est là.

33Sur cette terre très sèche, pauvre et aride et sans apport de terre arable,

ce sont des jardins cultivés sans aucune substance chimique, sans pesticide et sans désherbant

qui s'épanouissent naturellement, parfaitement intégrés dans la nature environnante.

12Il faut grimper un petit chemin pour accèder aux jardins de l'Albarède.

Dans ces jardins, les vielles pierres du Périgord se mêlent aux plantations.

19Ci-dessous, une sculpture Khmère.

18 9 septembre 2016, les jardins souffrent de la sécheresse.

23Le jardin anglais est champêtre avec comme fond de décor la forêt qui court sur la colline.

Les vedettes à cette époque de l'année sont les graminées, les asters, les gauras.. 

13

22Pour lutter contre la sécheresse, les sols sont généreusement paillés

et les végétaux sont arrosés... à l'arrosoir, s'il vous plaît !

Des cornouillers [boules] sont plantés en rangées régulières pour rappeler les haies champêtres

des terres des Causses où les bergères cueillaient les cornouilles en gardant les troupeaux.

14Pourquoi le potager marie-t-il légumes et fleurs annuelles ?

31Tout d'abord pour le plaisir parce qu'un potager fleuri est joli.

26Ensuite parce que l'association avec certaines fleurs aide les légumes à combattre insectes et maladies.

11La présence de fleurs mellifères attire de nombreux insectes auxiliaires et pollinisateurs.

29Pour profiter pleinement des jardins et les découvrir aux différentes lumières du jour,

il est possible de louer les maisons d'hôtes construites en pierres sèches dans le jardin à l'anglaise.

32Les graminées donnent beaucoup de mouvement au jardin en cette fin d'été.

25La terre n'est jamais laissée à nu pour éviter le lessivage et le dessèchement.

10Pour compenser l'absence de terre arable,

 le sol est nourri avec du compost, des engrais verts, des purins de consoude et d'orties. 

5Autour du bassin, c'est un jardin clos dédié à l'été.

6Les gauras apportent beaucoup de légèreté aux massifs.

A la place du bleu azur, j'aurais bien vu un bassin naturel avec des plantes épuratives et oxygénantes.

1Des aromatiques et de la lavande sont installées entre galets, pisés et dallages.

2 L'endroit est tranquille et il doit être agréable de faire une pause pour écouter les oiseaux.

24 L'onagre se ressème dans le jardin au gré des semis naturels.

9Malgré la sécheresse et l'aridité du sol, les asters fleurissent généreusement.

21Le verger est planté uniquement de pommiers

car ce sont les seuls arbres fruitiers dont la floraison tardive résistent aux dernières gelées.

Le pied des arbres est planté d'aromatiques, d'onagres et de plantes sauvages.

Ces plantes assurent un brouillage olfactif pour éloigner les insectes nuisibles

tandis qu'elles fidélisent les auxiliaires et les insectes pollinisateurs

16Les pommiers sont tous d'anciennes variétés locales.

(Saint Jean, reinettes, pomme de moisson...)

20Nous découvrons un jardin de buis sauvages

taillés par le propriétaire au gré de son imagination.

Ces buis communs montrent leur résistance à la sécheresse. 

17Sur les hauteurs, le panorama domine la vallée du Céou.

Le long du sentier, des arbustes sont modelés en vagues

pour évoquer les collines environnantes.

27

28Les jardins de l'Albarède ont un aspect très naturel, avec une beauté simple et authentique

qui rappellent les jardins de nos grands-mères cultivés avec le bon sens d'autrefois.

" S'allier à la nature à la place de la combattre "

Posté par sylvie jardine à 16:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

05 février 2017

Les jardins de Cadiot (24 CARLUX)

 Ce sont des jardins perdus dans la nature,

blottis dans un petit vallon du Périgord noir entre Sarlat et Souillac.

A l'abri des regards dans une forêt de chênes, 

les jardins de Cadiot sont un hâvre de paix qui sentent bon la Toscane.

375 septembre 2016, le mercure affiche 28 degrés,

la fin d'été est chaude et assoiffée.

Dans les jardins du "bas", 

les hydrangéas ne semblent pas souffrir de la sécheresse.

Leur emplacement en lisière de forêt, l'épais paillis de feuilles

et l'arrosage régulier leur assurent un beau feuillage sain et une floraison généreuse.

6En cette fin d'été, nous découvrons au fond du verger ombragé une collection d'hydrangéas.

Le coin est magnifique avec toutes ces inflorescences vaporeuses blanches et rosées.

34

La plupart des fleurs sont encore blanches et n'ont pas encore commencé à virer au rouge.

5D'autres fleurs sont plates et dévoilent seulement leur floraison.

4Le verger est original car il est dessiné comme un jardin de cloître.

2Des arbres en espalier et des ifs structurent les parterres en carrés.

Les couleurs sont douces, la santoline forme de belles bordures au ton gris.

35Au centre un bassin invite à la méditation.

21Les nénuphars se prélassent au soleil.

20Le verger accueille des plantes de couleur mauve,

 ce sont les asters qui assurent le dernier spectacle jusqu'à l'automne.

23

22La lavande et la santoline bordent les chemins du verger. 

Avec les poteries, il y a comme un air de provence dans ce jardin.

43Plusieurs jardins au style différent se succèdent, voici le labyrinthe de charmes. 

46Dans la roseraie, les rosiers sont au repos,

 ils ont laissé la place aux massifs de graminées généreux et dorés.

8Tiens un banc, on fait une pause ?

Pour faire des pauses dans d'autres jardins, c'est ICI

36 Les propriétaires ne sont pas seulement férus de botanique,

ils sont également des artistes dont les oeuvres, sculptures et poteries jalonnent les allées.

50Dans le jardin de poésie, des poteries sont le support à des petites pensées philosophiques.

47  48

Découvrons le jardin "du haut" de l'autre côté de la petite rue.

51Une large allée engazonnée est bordée de mixed-borders, 

nous sommes dans le jardin anglais.

9Ici, il y a une explosion de plantes aux tonalités dorées et lumineuses.

18

55Le silphium perfolatum éclaire les coins sombres.

16Dans les jardins "du haut", les plantes doivent supporter le calcaire, 

la sécheresse et la chaleur.

27Cest donc tout naturellement que les propriétaires ont aménagé un jardin toscan 

avec des ifs et des poteries.

Il n'y a pas plus de 30 cms de terre arable dans cette partie du jardin.

Le buis bien adapté aux difficultés de l'endroit n'est pas malade.

28S'il ne demande pratiquement jamais d'arrosage, sa seule contrainte est la taille

et celle-ci n'est pas des moindres !

14En septembre, les agapanthes apportent leur touche bleue à ces jardins méditerranéens.

13Et puis nous arrivons à un endroit bien sympathique.

Aménagé entre les murs écroulés de granges anciennes,

le patio bleu attend les visiteurs pour une pause gourmande.

Nous nous sommes régalés avec les pâtisseries et jus de sirop faits maison.

Hum c'était bon !

26Nous avons passé un moment très agréable dans ces jardins 

où la biodiversité est un enjeu majeur.

54Ainsi toutes les plantes sont cultivées sans produits chimiques

et sont choisies pour attirer les insectes pollinisateurs.

15Nous quittons ces jardins par le potager habillé

 de belles couleurs chaudes en cette fin d'été.

Les capucines recouvrent tout un talus.

10L'amarante paniculée dresse ses épis bordeaux.

39

"Travailler le jardin ouvre des portes, sur la biodiversité, les insectes et les plantes médicinales."

Posté par sylvie jardine à 08:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

21 janvier 2017

Une petite maison

Une petite maison  
Paul STENDHAL
Jardin Le Vasterival (76)

15C'est une petite maison tout ordinaire,

Elle n'est pas un château, mais celle de ma vie !

LORRAINE, Jardins sans limites

Jardins de la paix (57) BITCHE

7

Elle est bien plus belle, dans mon imaginaire,

Et j'en suis le Prince, du haut de son parvis.

Jardins de Roquelin (45 )

19Quand je l'ai rencontrée, tout au bout du chemin,

Sa beauté m'a souri, je n'étais qu'un gamin.

LORRAINE, Jardins de (88) GONDREMER

10

J'ai sué, sang et eau, pour pouvoir l'habiter,

Et ce jour est venu, un beau matin d'été !

Le jardin du Bois Marquis (38)

71J'étais devenu grand, et ça faisait longtemps,

Que j'espérais enfin, ce merveilleux instant,

LORRAINE, Jardins sans limites

Jardins de la paix (57) BITCHE

1Où j'y déposerais, là, ma seule valise,

Au seuil de la porte, juste sous la marquise.

LORRAINE, Jardins sans limites

(88) BERCHIGRANGES

13Dans mon petit chez-moi, j'y vis passionnément,

Loin des bruits de la ville, à l'abri des tourments !

LORRAINE, Jardins sans limites

Jardins de la paix (57) BITCHE

2Chaque jour qui passe dans ce coin de verdure,

Dans ce havre de paix, est sous de bons augures.

LORRAINE, Jardins sans limites

(88) BERCHIGRANGES

11Aux marches du perron, du printemps à l'automne,

La campagne fleurit, le bonheur y rayonne,

LORRAINE, Jardins sanas limites

Jardins de la Paix (57) BITCHE

5Et durant tout l'été, au salon du jardin,

L'air exhale l'odeur, des fleurs de lavandin.

ALLEMAGNE, Jardins sans limites

Roseraie de ZWEÏBRUCKEN

8À la saison d'hiver, quand dans sa robe blanche,

Elle est immaculée, la Nature s'endimanche.

LORRAINE, 

Les jardins de Callunes (88) 

9Alors auprès de l'âtre, quand la douce chaleur,

Se répand dans les pièces, j'en aime vraiment l'heur !

LORRAINE, Jardins sans limites

Jardins de la Paix (57) BITCHE

4Si je pense à ce temps, de ma prime jeunesse,

Où  mon cœur fut séduit, avec tant d'allégresse,

LORRAINE, Jardins en terrasse

Château de (54) TICHEMONT

18Par cette joliette, au coin d'un paradis,

C'est qu'en mon sein, mon âme encore s'en esbaudit !

Jardins du Bois Marquis (38)

16C'est une petite maison tout ordinaire,

Elle n'est pas un château, mais celle de ma vie !

Jardin Plume (76) 

31D'une belle idylle, notre histoire est bien née,

Sur un petit chemin, où nos âmes ont flâné.

 JARDIN LE VASTERIVAL (76)

14

Posté par sylvie jardine à 18:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

15 janvier 2017

L'histoire de ma gloriette

 Aujourd'hui, je vais vous raconter l'histoire de ma gloriette.

¨Pour ceux qui ne savent pas ce que c'est,

une gloriette est un petit pavillon d'agrément dans un parc ou un jardin,

 ou plus joliment dit, une grande cage à oiseaux en forme de papillon.

C'est en 2009, soit trois ans après l'emménagement dans notre nouvelle maison

que la gloriette a été installée dans un coin du jardin.

21Après quelques années de rodage et de répétitions hésitantes,

le spectacle a enfin pris forme et je peux le dire :

"oui oui, le résultat me satisfait."

13En effet, la gloriette a aujourd'hui gagné en maturité. 

52016 est la première année où la dame de fer a joué la prude

en dissimulant sa nudité sous le feuillage luxuriant des rosiers parfumés.

Au niveau du costume, c'est du gonflant qu'il lui faut pour la mettre en valeur

et pour cela, retour sous le second Empire avec une robe à crinoline.

En juin, à l'apothéose de leur floraison,

les rosiers font l'affaire en jouant les froufrous.

2L'histoire de la gloriette a commencé en 2009,

34et son armature en fer ne passait pas inaperçue.

23Les premiers rosiers qui ont accompagné la gloriette étaient 

à l'avant droite Alfred Carrière, à l'arrière droite Marie Dermar,

à l'avant gauche Zéphirine Drouin.

26A l'arrière sur la pergola, deux New Dawn nous ont émerveillés pendant quelques années 

de leur floraison abondante même si celle-ci n'était pas parfumée.

442009 - 2012

Les débuts qui semblaient pourtant prometteurs n'ont pas résisté

à la fameuse maladie des taches noires, le marsonia.

Deux années de suite, après une belle floraison en juin,le feuillage des New Dawn

a noirci, séché, pour tomber d'un coup laissant la pergola désespéremment découverte.

Bref, c'était la cata chez les New Dawn !

26  27

Pour conjurer la malédiction du "jamais deux sans trois", (je vise les années de maladie des rosiers)

nous avons arraché les New Dawn, Zéphirine Drouin, la pergola

et le juniperus sempervirens.

Nous n'avons pas fait de sentiment en prenant cette décison 

 parce qu'après la suppression, c'est ... la reconstruction et 

nous pensions déjà au réaménagement de la gloriette.

Et les jardiniers ne me contrediront pas,

les projets au jardin ne sont que du bonheur !

36Le relooking est passé par l'installation d'une palissade en bois,

39la plantation d'un chèvrefeuille Locinera japonica chinensis

et d'un rosier Sourire d'Orchidée à gauche de la gloriette. 

22Le nouveau look était déjà bien sympathique

mais l'habillage manquait d'étoffe et de volume.

25

23C'est jusqu'à Malmedy en Belgique à la pépinière de Daniel SCHMITZ

que nous sommes allés acheter deux rosiers grimpants, remontants et parfumés 

que nous avons plantés à l'avant de la gloriette :

Perennial Blush et Perennial Blue.

11  14

 Perennial Blush porte de jolies petites fleurs blanches  

15

18tandis que les fleurs de Perennial Blue ont une belle couleur rose soutenue.

17 Alfred Carrière est un rescapé du relooking

et nous avons hésité avant de le laisser en place.

S'il est placé très (et certainement trop) près de Perennial Blue

nous le taillons après sa floraison pour permettre à son voisin de se développer.

20Au pied de Perennial Blush ont été plantés deux rosiers reçus en cadeau :

Mister Lincoln et Bicolette.

4Depuis 2013, nous appliquons aux rosiers un traitement préventif homéopathique

préconisé par Daniel Schmitz : HOMEOCULT (ICI)

et depuis lors aucun des rosiers n'a été malade, OUF.

Marie Dermar1Et voilà le résultat sous la gloriette en été 2016 :

c'est notre petit coin secret, notre coin réconfort après les efforts du jardinage,

l'endroit idéal pour une pause-détente et la pause-café.

46Le seul petit hic est que l'endroit est un "butinoir" pour les guêpes et abeilles.

Mais c'est bien car le jardin est un lieu de partage et de vie...

3L'endroit est très agréable et quand tout est silencieux,  il est possible d'observer les oiseaux

qui viennent repérer les nichoirs installés dans le jardin.

40La gloriette vit au rythme des saisons.

En été, elle semble s'amuser à vouloir crever les ballons 

des montgolfières qui survolent  régulièrement notre village.

45En hiver, capitonnée, emmitouflée dans un manteau de ouate blanche,

elle se fond dans le décor de l'hiver enneigé.

30Vous comprenez maintenant pourquoi mon blog s'intitule

"sous ma gloriette"

27

Pour en savoir plus sur l'histoire de la gloriette,

vous pouvez consulter les billets précédents : c'est ICI.

A BIENTOT LES AMIS,

SOUS MA GLORIETTE

28

Posté par sylvie jardine à 15:10 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,