sous ma gloriette

14 août 2017

Jardin Lilaveronica (67220)Thanvillé

37A 11 kilomètres de Sélestat et 40 kms de Strasbourg,

à côté du château de Thanvillé (67), nous avons découvert un jardin encore tout jeune,

mais déjà très séduisant, le jardin Lilaveronica.

29C'est Jacques Couturieux, paysagiste et botaniste vosgien,

concepteur de nombreux jardins dont les jardins de Callunes (voir ICI) 

 qui a imaginé et créé en 2011 le jardin Lilaveronica.

12A l'origine, l'endroit était un champ à la sortie du charmant village de Thanvillé.

21Aujourd'hui c'est une belle idée de balade où il fait bon se poser, tout simplement,

pour profiter du paysage et savourer l'instant présent.

14Il est difficile d'imaginer que tout a été créé ex nihilo tant le rendu paraît naturel.

31Le jardin pentu de 1,5 hectares 

33est parcouru par un ruisseau qui serpente entre des pierres. 

4Plusieurs retenues d'eau ponctuent le jardin

et accueillent des nénuphars.

7

32Des graminées bordent les rives des plans d'eau,

5

18des hostas apprécient l'ombre et l'humidité des lieux.

16De belles allées engazonnées ondulent entre les massifs.

9Les scènes sont naturelles et champêtres.

2Aujourd'hui 500 variétés de fleurs et d'arbustes habillent la colline

23avec des palettes de couleurs époustouflantes.

25Ici au premier plan des géraniums vivaces bleus

devant des echinaceas oranges, jaunes et blanches.

11Des verveines de Buenos-Aires se dressent

derrière une bordure de plantes tapissantes. 

8Le bleu acier des echinops ou chardons bleus tranche sur le rose des echinacéas.

1Des sauges, des verveines de Buenos-Aires, des échinacéas et des lys.

26Des arbustes au feuillage pourpre (cotinus...)

attirent le regard et contrastent avec les feuillages verts.

347A l'entrée du jardin, à côté de la maisonnette récupérée d'une expo d'étudiants en architecture, 

s'étale un tapis de roses et d'achillées roses et oranges. 

30

2815 juillet 2017, des rosiers arbustifs étaient encore en fleurs.

35

15  20

En arrière plan sur la colline, la forêt sert d'écrin à ce tableau champêtre.

19A admirer la pleine forme des massifs et la vigueur des vivaces,

on se rend compte que l'Alsace ne souffre pas de la sécheresse.

26 J'aime bien ces héléniums oranges lumineux.

3C'est l'harmonie des couleurs qui m'a le plus impressionné dans ce jardin.

Regardez sur cette photo la douceur des couleurs.

0 Samedi 15 juillet 2017, la météo était très agréable avec ses 22°c.

Nous avons passé un moment très agréable dans ce jardin

et avons eu le plaisir de discuter de cette réalisation avec des personnes très sympathiques :

le maire de Thanvillé et une charmante dame qui accueille les visiteurs.

36Avec le temps, ce jardin va gagner en maturité.

C'est sûr, quand on reviendra faire une virée en Alsace, 

on ne manquera pas de passer à Thanvillé voir l'évolution de ce jardin.

Posté par sylvie jardine à 19:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :


29 juillet 2017

Jardin allemand d'Herrenmühle

0Nous avons profité du week-end prolongé du 14 juillet

pour faire une balade en Alsace du côté d'Eguisheim [68]

La région est tellement jolie avec ses villages fleuris,

ses maisons aux façades colorées, ses paysages de vignobles et de houblon...

On a poussé la balade de l'autre côté du Rhin à une trentaine de kilomètres de la frontière,

dans la région de Baden-Wurtemberg.

Ce n'est pas le fameux  "Europa Park" qui nous intéressait

mais le jardin "Herrenmühle" du paysagiste Hansjörg Haas à Herbolzheim-Bleichheim.

 Autour d'un ancien moulin, H. Haas a aménagé à partir de 2010 un terrain de 25 ares 

en plusieurs parcelles de jardinage et le rendu est tout simplement remarquable !

Il suffit de passer le Rhin pour découvrir un très joli jardin.

Nous commençons la visite par le potager.

Le tracé est traditionnel avec quatre carrés bordés de buis

au centre desquels trône une pierre verticale entourée de lavandes.

Ce plan exprime l'ordre et une certaine sérénité.

2Deux topiaires d'ifs sur tige à l'allure gracile font le guet à l'entrée du potager.

4A  côté de ce schéma bien dessiné, nous découvrons des carrés aux formes plus libres et plus souples.

Les carrés ne sont pas enfermés dans des buis mais sont bordés de gravillons.

Ils accueillent des artichauts, des graminées, des amarantes, des dahlias,

un groseiller sur tige (c'est original)

49Parmi les dahlias blancs, de belles grappes de raisin rappellent que la région du Wurtemberg est viticole. 

47jpgLe Bade-Wurtemberg est en effet connu pour ses différents types de cépages :

Trollinger, Lemberger, Schwarzriesling, Spätburgunder, Kerner etc…

48Après le potager, un chemin  nous invite à longer la maison.

Une belle clématite court dans les arbustes.

55Une heure avant qu'on aille visiter le jardin, une pluie orageuse

s'est abattue sur le village d'Herbolzeim.

Par chance pour nous, la pluie a cessé juste avant l'ouverture

du jardin et le soleil nous a accompagnés toute l'après-midi.

17 Sur la gauche, nous découvrons un banc adossé à un appenti.

C'est amusant ce qu'il y a sur le toit.

8 Des petites plantes grasses plantées dans des couvercles de poubelle prennent un bain de soleil.

9L'allée qui longe la maison est bordée de couleurs vertes, blanches et grises.

13Le tapis est formé de graminées, stepas, echinacées blanches, sedums....

14L'harmonie et la douceur des couleurs sont les points 

qui m'ont le plus frappée dans ce jardin.

Le peintre qui a travaillé ces tableaux a beaucoup de talent !

11Le ruisseau Bleichbach coule paisiblement en contrebas du jardin

et forme une frontière naturelle au sud du jardin.

10Grâce à l'humidité et à l'ombre, 

les hostas se plaisent dans le jardin d'Herrenmühle.

64 Les fleurs d'hostas sont discrètes mais elles ne manquent pas d'attrait.

63Camouflées derrière les arbustes,

des bonbonnes attendent qu'on vienne les remplir avec l'eau du ruisseau.

Il y a beaucoup d'objets de déco posés discrètement dans tout le jardin, 

Achtung, il faut marcher "langsam" pour découvrir toute la richesse des lieux.

(Haha, j'ai réussi à placer les quelques mots d'allemand que je connais)

15C'est une pergola de robiniers qui marque à l'est la limite du jardin avec la propriété voisine.

19Le robinier est très intéressant car imputrescible, d'une longévité naturelle exceptionnelle

et résistant aux insectes destructeurs et aux champignons sans traitement fongicide ou insecticide.

25Hostas, fougères, hortensias se plaisent sous la lumière tamisée de la pergola.

28Regardez, le sol est traversé par une rigole.

20De l'eau coule en effet d'une ancienne auge

21pour aller se déverser dans un bassin de 13 mètres de long.

C'est le trajet d'un ancien bief, l'ancien fossé du moulin.

Comme des trésors anciens, des jarres sont posées au fond du bassin.

24Un beau tapis de gazon bien vert et bien dru se déroule devant la maison.

La jolie façade à pans de bois si typique de la région et les volets bleus

participent au charme des lieux.

30 Le 14 juillet, les phlox étaient en fleurs

ce qui n'était pas le cas chez moi dans la région messine. 

32  33

34Admirez la moquette, j'ai hésité avant de marcher dessus tellement l'herbe est belle !

36Les bordures des parterres sont parfaitement maîtrisées,

l'armoise et les oreilles d'ours ne débordent pas sur le gazon !

"Es ist streng verboten !"

69Gris et bordeaux, le tableau est charmant et romantique

68 Une gaura rose accompagne la potée de pétunias bordeaux. 

67 Voici une vue du bassin côté maison :

on y voit des nénuphars.

37

40Des lavandes bordent l'allée avec beaucoup de douceur.

79A l'abri des regards côté sud, dissimulée en contrebas du chemin,

une petite terrasse permet de faire une pause bien sympathique

dans une atmosphère méditerranéenne.

41Des agapanthes bleues et blanches accompagnent des yuccas, des figuiers.

42Sur le bac, des erigerons ont trouvé leur place au soleil.

46L'endroit noyé dans la verdure est très agréable.

82On trouve partout dans le jardin des succulentes cultivées en pots,

voilà une belle soucoupe piquée de fleurettes roses.

43Des potées accueillent des agrumes.

44On repasse dans le potager pour aller à l'est dans le sous-bois.

La serre blanche de style victorien ne passe pas inaperçue.

56Deux belles potées de cordylines au feuillage rouge bronze 

apportent un petit côté exotique devant la serre.

5Voici encore des sedums aux jolies fleurs roses.

73En Alsace et de l'autre côté du Rhin, il n'y a qu'à regarder les champs de maïs 

pour constater qu'il n'y a pas de sécheresse et que la météo profite aux cultures.

Quel contraste avec la région messine, même si la pluie de cette fin juillet a permis au gazon de reverdir.

57Pour boucher un coin, rien de tel que la renouée

qui forme une plante couvre-sol bien compacte. 

75 J'aime le mariage de cette plante avec les anémones du Japon.

(elles ne sont pas en fleurs dans mon jardin)

66Derrière la serre, on trouve des dahlias rouges, des artichauts...

76et une plante invasive dont je ne connais pas le nom.

83L'extrémité du jardin côté ouest est un sous-bois éclairé de lierres, de fusains panachés

59et d'hostas.

80Dans chacun des espaces du jardin, il est possible de faire une pause

pour prendre tout simplement le temps de se dire qu'on passe un bon moment.

51Quel beau camaïeu de verts !

J'aime bien cette allée bordée de toutes ces plantes couvre-sol.

53Les brunnera Jack Frost ont des feuilles en forme de coeur dans les tons verts et argentés.

Lumineux et peu exigeants, ils se plaisent à l'ombre.

52Et voici des hydrangéas qui font une haie d'honneur à tous les jardiniers.

81La visite se termine par le théâtre blanc.

Une petite cour circulaire gravillonnée est entourée d'un demi-cercle de gradins fleuris

d'erigerons, d'echinops..

60Voici un autre contenant en forme de barque pour des sedums.

71Voici une photo que j'aime bien dans les tons bleutés en harmonie avec la couleur des volets.

Les pots en grès à décor floral bleu, avec des oreilles, 

sont des poteries traditionnelles pour conserver la choucroute. 

72J'ai adoré ce jardin à l'allure très naturelle dont les différents espaces

s'imbriquent les uns dans les autres avec douceur. 

Les palettes de couleurs ont été minutieusement étudiées

et le résultat forme des perspectives reposantes.

Dieser garten ist wunderbach !

C'est Hansjörg Haas qui accueille les visiteurs.

Il parle beaucoup mieux français que nous baragouinons allemand

et ce fut un grand plaisir de discuter avec lui de son jardin.

29

Posté par sylvie jardine à 18:38 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 juillet 2017

Les roses de mon jardin

7 C'est début juin que la floraison des rosiers est la plus spectaculaire.

Même si les rosiers sont remontants et refleurissent pour certains jusqu'aux premières gelées,

c'est à la fin du printemps qu'ils enchantent nos sens.

Maintenant qu'ils ont bien pris racine et qu'on les bichonne

avec le produit homéopathique, Homéocult, nos rosiers sont en vitesse de croisière

et leur floraison est magique.

28C'est la première année que les rosiers couvrent entièrement les 3 arches

installés en 2011.

Sur la photo, le 1er rosier est Jasmina, au milieu Jacques Cartier,

celui en arrière est guirlande d'amour.

6A côté des arches, un parterre accueille plusieurs rosiers :

 l'Haÿ-Les-Roses, un rosier vigoureux et très parfumé,

 qui porte de nombreux cynorrhodons à l'automne.

Faut pas s'y frotter, car il très épineux !

18Ghyslaine de Féligonde qui s'ouvre orangé pour virer au blanc avec le temps.

12J'aime beaucoup les couleurs changeantes de ce rosier

qui se marie bien avec les géraniums vivaces.

13A ses côtés, Snow Princess, a des roses blanches légèrement piquetées de rose.

14Je trouve cette rose très élégante.

23Autre style avec le rosier Elle et son port altier.

Les roses sont très parfumées et tiennent longtemps.

34Plus près de la maison, le dernier rosier planté :

Hella qui porte des roses en coupe au blanc pur.

8Le parfum est discret et les étamines sont dorées.

25Les 3 rosiers tige plantés en 2013 se sont bien développés.

Porcelaine de Bayeux aux fleurs roses,

à gauche le 1 juin, à droite le 17 juin 2017.

Le jardin souffre de la sécheresse et le gazon est jauni, tout sec. 

L'absence de précipitations, de neige sur les Vosges et la baisse des nappes phréatiques

a conduit la préfecture de la Moselle à déclencher le plan sécheresse dès la mi-juin.

Quel contraste avec juin 2016 très pluvieux et froid.

31    30

Le rosier a de belles fleurs au bout de ses longues branches ployées.

11Devant la maison, les roses sont rouges et elles tapent à l'oeil !

A gauche, Alsace et Rouge Médeillan à droite.

20Alsace a une teinte rouge moins soutenue que Rouge Médeillan

avec une bordure blanche autour des étamines.

38Ces rosiers se développent si bien qu'il faut un tuteur solide pour éviter que la tige 

et les branches ne se cassent en cas de grand vent.

4Et la gloriette ?

On était partis en Bretagne pour visiter des jardins

quand elle s'est habillée des roses blanches et roses.

Avant  notre départ, il ne manquait pas grand chose pour que les roses soient toutes en fleurs,

et à notre retour, elles commençaient déjà à flétrir tant il avait fait chaud pendant notre absence.

26Les Perennials habillent l'entrée principale :

à gauche, Perennial's Blush et à droite, Perennial's Blue,

tout à droite, Alfred Carrière.

36Les deux Perennial portent de petites fleurs qui attirent les abeilles 

et le bourdonnement des insectes, bzz-bzz-bzz-bzz,  est incessant sous la gloriette.

29Ces rosiers sont très intéressants pour leur résistance au froid et aux maladies.

37Au pied de la gloriette, deux rosiers à grandes fleurs :

Alhambra aux fleurs doubles.

32Les roses sont groupées par grappe et c'est joli.

40

 Bicolette aux fleurs couleur rouge soutenu à revers crème.

33Derrière la gloriette, le raffiné Sourire d'Orchidée

aux fleurs simples rose pâle.

27Nous voici en juillet et la plupart des rosiers ont défleuri.

On a coupé les fleurs fanées et le jardin paraît un peu tristounet.

Même si tous nos rosiers sont remontants et vont refleurir plus timidement

jusqu'à la fin de l'été, le spectacle sera moins spectaculaire qu'en juin.

"Vivez si m'en croyez, n'attendez à demain,

Cueillez dès aujourd'hui les roses de la vie"  Pierre de Ronsard

39

Posté par sylvie jardine à 13:10 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 juin 2017

Jardin Mosaïque (72) Asnières-Sur-Vègre

3Début juin, nous sommes allés visiter de très beaux jardins en Bretagne

près de Paimpol et on en a pris plein les mirettes !

A l'aller, nous avons profité de cette escapade pour faire un détour 

 dans la Sarthe, la Mayenne et en Ile et Vilaine pour découvrir des jardins qui nous intéressaient.

Notre première halte s'est faite à Asnières-Sur-Vègre, à 10 kms de Sablé-Sur-Sarthe

et c'est le Jardin Mosaïque qui a ouvert les festivités.

8Jeudi 1 juin 2017, la météo était estivale 

et les 26 °C cognaient fort dans un ciel moutonneux.

Le soleil, un jardin à découvrir, pour nous les vacances s'annonçaient on ne peut mieux.

47La visite du jardin mosaïque commence dans la cour d'un corps de ferme.

Au premier coup d'oeil, on est ébloui par la chaleur qui se dégage de l'endroit.

La pierre de tuffeau qui fait la beauté des façades du Val de Loire participe

à cette atmosphère accueillante et sympathique des lieux.

51La couleur de la pierre est chaude et forme une belle toile de fond pour mettre en valeur la végétation.

Ensuite on ne pouvait pas choisir meilleure période pour profiter de la floraison des rosiers.

Et des rosiers, il y en a dans le jardin Mosaïque !

Ils courent sur toutes les façades des bâtiments.

10Et ils se marient à merveille avec les valérianes, les hémérocalles...

2J'aime beaucoup ce joli rosier au coeur jaune d'oeuf qui habille la façade de la grange.

5Dans les parterres au centre de la cour, il y a encore des roses et des vivaces.

7Ici, un rosier gallica versicolor enlace l'ombelle d'une angélique.

Pour la petite histoire, la confiture "angélique/rhubarbe" de Khady est délicieuse !

6Des népétas et de jolis rosiers blancs s'alternent pour border le massif central.

11Le jardin légèrement en pente s'étend sur 2,5 hectares.

Créé en 2005 à partir d'une prairie,

il culmine le joli village médiéval d'Asnières-Sur-Vègre.

18Le travail du sol est quasi-inexistant dans ce jardin.

Le principe est de laisser la faune du sol, notamment les vers de terre, travailler à la place du jardinier.

En voilà une idée qui est bonne !

32Des allées engazonnées serpentent entre les massifs débordant de plantes vigoureuses.

On peut se rendre compte que les techniques écologiques mises en oeuvre dans ce jardin

profitent pleinement aux plantes.

Pour en savoir plus sur la démarche écologique dans ce jardin, cf.le site du Jardin Mosaïque ICI  

24Grâce aux apports de fumures organiques, 

les plantes puisent dans le sol équilibré, bien structuré et riche en vie microbiologique

une grande partie de leur vitalité.

Pour limiter le désherbage, les massifs à créer sont paillés 3 à 6 mois avant la plantation.

26Les apports de fumier, de compost fait maison, de tontes d'herbes, de paillis

et de déchets de taille de végétaux boostent les plantes et c'est rien de le dire!

14En admirant les vivaces, une ancienne publicité m'est revenue en mémoire et je me suis dit:

 "Ma parole, elles ont mangé du topset !".

Aucune plante n'est rachitique, toutes sont vigoureuses.

Début juin de nombreuses fleurs colorent le jardin :

 les lumineuses hémérocalles,  OUPS, non lysimaques (merci Philippe)

30 les bleuets, 

34les sauges (je pense que ce sont des sauges !) et oeillets de poète,

36  38

les phlomis et stachys...

39  40

Regardez comme les lupins ont bonne mine, c'est du XXXL !

33J'aime beaucoup le mariage des couleurs des massifs.

Le petit arbuste au feuillage pourpre est un physocarpus.

Son feuillage et ses boutons floraux rouges foncés sont intéressants

car ils contrastent et ravivent les couleurs du parterre.

52Ce jardin abrite une collection de rosiers anciens.

49Admirez la floraison exubérante du rosier Veilchenblau [1905]

53Le Jardin Mosaïque, sélectionné pour représenter le Pays de la Loire dans "le Jardin Préféré des Français"

 sur France 2 a obtenu la 6° place du classement en 2013.

31Qu'il est agréable de visiter des jardins accompagnés du doux chant des oiseaux.

Un inventaire de la faune et de la flore réalisé par la Ligue de Protection des Oiseaux [LPO]

a recensé entre autres dans le jardin mosaïque pas moins de 49 espèces d'oiseaux, 2 de chauves souris...

Près de la mare, ce sont les batraciens qui assurent le concert.

28Il y a aussi une vingtaine de variétés de papillons qui butinent dans ce jardin écologique.

13Une haie en plessis nous conduit vers le potager expérimental.

29Ce potager a été créé en 2008 par la mise en place d'un paillis.

Ici pas de motoculture, pas de retournement du sol.

Par contre, les végétaux sont mélangés pour imiter la nature  

et les plantations privilégient la dispersion géographique et les fleurs insectisides.

44Au fond du jardin plus sauvage, des arbres et arbustes ont été plantés pour protéger des vents

et servir de refuge aux oiseaux, insectes, lièvres, biches.....

20

46Nous avons visité une douzaine de jardins remarquables lors de nos vacances début juin.

Si tous nous ont enchantés, le jardin mosaïque est celui qui m'a le plus marquée

par son originalité et son allure champêtre.

Contrairement à d'autres jardins divisés en chambres de couleurs, de formes...

le jardin mosaïque se fond naturellement dans la campagne environnante.

19"Laisser faire la nature, l'accompagner plutôt que de la dompter" 

est l'objectif des techniques écologiques utilisées dans le jardin mosaïque.

Pour en savoir plus sur les secrets de ce jardin en bonne santé,

allez vous promener sur son site, c'est super intéressant et c'est ICI.

43

 

Posté par sylvie jardine à 18:36 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

27 mai 2017

Le jardin du Grand Vigneau [72 SOULIGNE FLACE]

0 Il faut profiter de la manifestation  "Rendez-vous aux jardins"

pour visiter des jardins privés qui ne sont ouverts au public qu'à cette occasion.

Les prochains "Rendez-vous aux jardins" auront lieu partout en France les 2, 3 et 4 juin 2017.

Pour en savoir plus, c'est ICI

18L'an dernier, nous avons profité de cette manifestation pour découvrir le jardin des Vigneaux

créé et bichonné par Catherine et Eric Bouteloup-Provost.

Dès l'entrée, le ton est donné et on sait qu'on va se régaler dans ce jardin si accueillant

à l'image de ses propriétaires.

Le jardin est toujours le reflet de ceux qui le travaillent !

1La première impression est un joyeux méli-mélo de couleurs douces 

qui ressort bien dans la grisaille de cette matinée du 4 juin 2016.

2Les parterres sont généreux et se marient à la façade de la vieille bâtisse.

3Une auge qui accueille des papyrus,

des potées contre la façade couleur ocre, j'adore.

50Dans cette partie du jardin autour de la maison, les feuillages sont à l'honneur.

J'aime beaucoup le mariage des fougères, des hostas, des lierres et des buis...

Des hortensias apporteront de la couleur en été avec leurs panicules roses, blancs ou bleus.

4Le dégradé de vert crée une ambiance apaisante et certains feuillages sont lumineux.

5

6Le spectacle continue à l'arrière de la maison.

Le jeu des différentes verticalités est époustouflant !

7Le pigeonnier est l'élément phare du jardin.

Il date du XVIème siècle.

8L'aspect des tableaux est naturel mais il cache un travail minutieux

qui rend le mariage des plantes si harmonieux.

Il en faut des années pour faire oublier le travail du jardinier dans les parterres, 

mais quand on y arrive, c'est le paradis !

9La couleur bronze des heuchères tranche sur le camaieu de verts.

10J'imagine le bonheur de prendre son thé ou son café 

devant un tel spectacle à l'abri dans la véranda,

13ou dans le jardin au milieu des plantes.

11C'est toujours un plaisir de visiter des jardins privés

et de rencontrer ces passionnés du jardinage qui dévoilent exceptionnellement leur jardin secret.

12Tous vous diront qu'ils se vident la tête quand ils sont au jardin.

14Le jardinage apprend la patience, l'humilité, le partage.

Et la nature est tellement magique !

Regardez la tendresse de ce tableau avec les pavots roses au coeur noir.

15Comme cette fleur est jolie !

16Début juin, les rosiers commencent à fleurir.

17Rosiers, digitales, aulx violets, pavots, ancolies ...

c'est juin et son cortège de fleurs romantiques.

24Passons sous l'arche pour découvrir d'autres espaces.

54Nous découvrons un dédale d'arbustes taillés en transparence.

Cette technique de taille a été mise au point par la Princesse Sturdza

dans son jardin du Vasterival.

25Le but de la taille en transparence est de voir au travers ce qui se passe derrière,

elle donne une impression d'espace au jardin.

Les arbres laissent passer le regard et invitent à aller voir plus loin.

26Des bruyères, des heuchères, de la potentille rouge,

des graminées Red baron dans une potée..

un héron au long bec emmanché d'un long cou se promène dans le jardin japonisant.

51Le printemps 2016 a été très pluvieux.

Rappelez-vous, que d'eau, que d'eau de fin mai à juin !

La Loire avait débordé et l'autoroute A 10 entre Tours et Meung-Sur-Loire

avait du être coupée en raison des inondations !

Catherine, la jardinière, était désolée mais les allées engazonnées étaient tellement humides

qu'elle a du interdire l'accès d'une partie du jardin au public.

47Nous arrivons dans un espace où poussent des rosiers et des graminées. 

32

31Voilà une idée originale :

Des buis taillés à la verticale et des cupressus dorés maintenus à l'horizontale

créent une jolie fontaine végétale.

Ne manque que le bruit du clapotis de l'eau.

30Des fétuques, ces petites graminées bleues, des potées, une table et des chaises bleues,

des géraniums vivaces bleus, des hostas au feuillage bleu et des éleagnus au feuillage bleuté,

c'est facile à deviner, nous sommes dans le jardin bleu.

49Des heuchères au feuillage caramel ont été plantées au centre du massif

pour réchauffer le massif à la couleur froide.

37Des pintades courent entre les conifères de la prairie.

42Des euonymus dorés serpentent dans la clairière d'or.

Ils apportent de la lumière au pied des érables taillés en transparence.

44Au fond du jardin, les divinités champêtres sont les gardiens des lieux.

52Ils n'ont pas à s'inquiéter, le jardin est un enchantement.

Il faut être passionné pour imaginer, créer toutes ces scènes végétales 

et entretenir cet espace d'un hectare.

CHAPEAU à Catherine et à Eric.

53Si vous en avez l'occasion, profitez du weekend prochain,

les 2, 3 et 4 juin pour aller visiter des jardins privés.

Des passionnés seront heureux de vous faire découvrir leur jardin. 

29

Posté par sylvie jardine à 19:38 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,


21 mai 2017

TERRE DE ROSE. DOUÉ-LA-FONTAINE [49700]

19Après avoir visité "Les chemins de la rose " dans le billet précédent, ICI

nous restons aujourd'hui à Doué-La-Fontaine, capitale de la rose,

pour découvrir "TERRE DE ROSE", une roseraie dans une ancienne ferme restaurée.

27Dans ce lieu parfumé, on peut admirer 3 000 rosiers dont 80 espèces différentes.

8

Tout au long du parcours,

des affiches donnent des explications intéressantes sur les roses.

30La rose est la fleur la plus cultivée au monde

mais on oublie souvent que les rosiers sont aussi des plantes sauvages 

(le plus connu en Europe est l'églantier) aux fleurs simples à cinq pétales.

13Dans la nature, les rosiers poussent sans l'aide de l'homme

et s'adaptent à leur milieu d'origine.

2Pour faire éclore de belles roses, le rosier doit y mettre toute son énergie, toute sa sève.

28C'est du sol que le rosier tire sa sève nourrissante

et la fait monter par tige jusqu'à la fleur supérieure.

29Pour avoir de belles roses, il faut penser à enlever 2 choses :

5

1) les fleurs fanées, pas seulement pour faire beau, mais aussi pour

éviter que le rosier ne fasse grossir son fruit, le cynorrhodon.

142) les drageons, les petites pousses qui apparaissent

sur les rosiers en dessous de la greffe

et qui empêchent la bonne croissance du reste du rosier.

6Il n'y a pas que la roseraie qui est intéressante à TERRE DE ROSE,

il y a aussi la ferme et d'autres thèmes à découvrir.

11Dans la ferme restaurée, on y trouve, pour la plus grande joie des petits et des grands,

des petits animaux, lapins, chèvres, cochons...mais aussi des ânes.

10Un éco-musée présente des outils anciens, des vieux tracteurs, des charettes...

32Le jardin potager est planté de légumes, 

plantes aromatiques, médicinales...

Il suffit de froisser les feuilles pour sentir toutes sortes de parfums

qui nous rappellent les jardins de grands-mères !

31Ce jardin qui sent bon est un paradis pour les insectes et les papillons.

DSC_1590Au bout de la roseraie se trouve la distillerie d'eau de rose,

toujours distillée à l'ancienne sur place.

20Pour obtenir 2 à 4 000 litres d'eau de rose par saison,

il faut se lever tôt avant le lever du soleil, quand la rosée recouvre encore les pétales.

18La cueillette se fait à la main de la mi-juin à la mi-août

dans les champs de roses autour de Doué-La-Fontaine chez les rosiéristes.

12100 à 300 kgs de pétales sont ramassés par jour pour la distillation

sur 30 variétés de rosiers différentes sélectionnées pour leurs propriétés.

 

DSC_1559      23

Pour recueillir les huiles esssentielles des pétales,

la distillation se fait dans des alambics en inox alimentés par une chaudière vapeur

 basse pression 0,2 bar. (103°).

26Après la distillation de trois heures,

40 % du poids des fleurs est récupérée en eau florale

et 0.00025 % en huile essentielle de rose.

4 L'eau de rose, 100% naturelle, riche en huiles essentielles

contribue à lutter contre les allergies et boutons.

15Le site TERRE DE ROSE propose la visite d'une cave troglodytique

avec un habitat rural habité jusque dans les années 1930.

33On peut visiter le musée de la rose

où sont exposés des objets insolites sur la rose.

DSC_1584La nature est bien faîte.

Savez-vous à quoi servent les épines ?

7Les épines forment une sorte d'armure pour protéger les rosiers

des animaux trop gloutons qui s'y piqueraient la langue.

16Nous avons visité TERRE DE ROSE le 7 juin 2016

et la plupart des roses était en fleurs.

Juin est la période idéale pour visiter les roseraies.

1Nous avons passé une journée très agréable à Doué-La-Fontaine.

Nous avons contemplé des milliers de roses

les unes plus belles que les autres.

0

Posté par sylvie jardine à 19:56 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 mai 2017

Les chemins de la ROSE [49700] Doué-La-Fontaine

0Doué-La-Fontaine se targue d'être la cité de la rose depuis le XIXème siècle.

Aujourd'hui encore, elle s'impose comme la capitale de la rose

avec près de la moitié de la production française de rosiers.

La douceur angevine y est pour beaucoup.

Grâce à son climat et à sa terre si fertile,

 le Val de Loire est un centre important de production de rosiers en France.

47Une cinquantaine de producteurs de rosiers sont installés dans le bassin de Doué-La-Fontaine.

Dans cette commune, nous avons visité la roseraie "Terre de Rose",

une ancienne ferme restaurée avec un parcours de rosiers parfumés.

On en reparlera dans un prochain billet.

Aujourd'hui je vais vous emmener visiter les chemins de la Rose.

1Dans un magnifique parc paysagé de 4 hectares,

les chemins de la rose sont un véritable conservatoire avec plus de 13 000 rosiers et 1 200 variétés.

La promenade dans le parc est très agréable 

car les allées sont spacieuses et pour la plupart ombragées.

48Des bassins apportent de la fraîcheur 

et le spectacle du rosier Multiflora qui se reflète dans l'eau est tellement charmant.

2"Rosier Multiflora", Roeser  [France, 1834]

4C'est un rosier aux longues tiges arquées.

Il peut former des buissons larges de plusieurs mètres.

17La multitude de petites fleurs roses est très odorante.

18 Les palissades qui clôturent le parc côté route sont recouvertes de rosiers grimpants

qui n'étaient pas tous fleuris quand nous avons visité le parc.

49Par contre, c'était le bon moment pour admirer les rosiers liane Papi Delbard [DELBARD, 1995],

le spectacle est vraiment impressionnant !

Les guirlandes nuageuses de fleurs sont si denses qu'elles cachent le feuillage.

5Regardez comment quelques pieds de ce rosier forment une belle tonnelle ombragée.

6Les rosiers liane peuvent habiller joliment les troncs des arbres.

Rosier Sainte Geneviève, Guimont [1987, FRANCE]

51Rosier Pernille Poulsen, Niels Dines Poulsen [1980, Danemark]

12Une autre gloriette nous attend pour faire une pause sympathique à l'abri du soleil.

15Nous avons visité les chemins de la roseraie le 7 juin 2016

et de nombreux rosiers étaient en pleine floraison.

10

14De nombreuses plantes s'associent avec les rosiers.

Dans le parc Les chemins de la Rose, j'ai découvert  une vivace rhyzomateuse et rustique,

sisyrinchium striatum, qui accompagne à merveille les rosiers.

26 Ses feuilles ressemblent à celles de l'iris

et ses hampes portent de petites fleurs jaunes pâles

21

22Ici l'alchemille mollis se marie parfaitement avec le rosier "Agnès" ,

 Williiam Sanders [Canada, 1900]

45Le feuillage pourpre du sureau noir, black lace

forme un bel écran pour mettre en valeur les roses jaunes 

"Adam Messerich", Lambert [Allemagne,1920]

28Le Stipa tenuifolia, appelé également cheveux d'ange,

est une petite graminée qui suit les moindres mouvements du vent 

en assurant un spectacle gracieux et léger.

35Les chèvrefeuilles et les géraniums vivaces font bon ménage

avec tous les rosiers,

11tout comme les flamboyants kniphofias orangés.

43  44

Il y a aussi les oenothéras, les cannes de Provence, les sedums

et les acanthes qui sont sympas avec les rosiers.

46En ce bel après-midi du 7 juin 2016, le ciel était clair et il faisait 25° C.

13Les pivoines étaient fleuries.

36Le rosier "Vivid", Adam PAUL [Grande Bretagne,1853]

a une forme buissonnante pouvant atteindre 1,5 à 2,5 mètres de hauteur.

3Chut! Ne dérangeons pas ce couple de paons !

20Voici mon coup de coeur pour ce rosier grimpant

"vanille fraise ", Robert Laperrière [FRANCE, 2008]

au coloris bicolore dégage un puissant parfum fruité.

23Les jardiniers n'utilisent aucun traitement chimique, ni désherbant

ainsi les mauvaises herbes ne sont pas complètement chassées des parterres.

Certains massifs sont couverts de mulch issu du broyage des branches d'arbres abattus.

31Et pour finir ce billet, voici quelques-uns des nombreux rosiers

que nous pouvons admirer dans ce parc qui fait honneur à la rose.

Le magnifique "Pierre de Ronsard" [Meilland,1985]

le parfum est toutefois discret.

30Rosier grimpant "Red Parfum" [André EVE, 1972]

32 "La Miss Lorraine" [André EVE, 2000]

33"Phyllis Bide", S. Bide & Sons [Grande Bretagne, 1923]

37"Cerise Bouquet", Mathias Tantau [Allemagne, 1937]

38"Pretty Lady", Len Scrivens [Grande Bretagne, 1977]

39"Teasing Georgia", David AUSTIN [Grande Bretagne, 1987]

40"William LOBB", Jean LAFFAY [FRANCE, 1855]

41"Ferdy", Seizo Suzuki [JAPON, 1984]

42Dans le prochain billet, nous resterons à Doué-La-Fontaine

pour aller visiter la roseraie "Terre de rose".

A bientôt

50

Posté par sylvie jardine à 19:08 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 avril 2017

Le jardin du petit bordeaux [72 220 SAINT BIEZ EN BELIN]

0A 20 kms au sud du Mans, nous allons découvrir un magnifique jardin

créé de toutes pièces en 1987 sur une superficie de 1,5 hectares.

Difficile d'imaginer qu'à l'origine, l'endroit était un terrain marécageux

où ne poussaient que quelques broussailles et quelques arbres.

Aujourd'hui 4 000 végétaux créent des atmosphères naturelles 

qui participent à la beauté de ce jardin des quatre saisons.

3Au lieu-dit "Le petit bordeaux", 

Michel et Sylvie BERROU ont aménagé un jardin de type anglais

en plantant beaucoup d'arbres pour isoler le jardin des vents d'est et nord-est

et former des ombrages protecteurs pour les étages inférieurs.

46L'endroit est un peu isolé et 

il faut s'aventurer dans une allée ombragée pour découvrir le jardin.

27Voici une image de carte postale.

Admirez cette pelouse à l'anglaise dans son écrin de verdure. 

Il n'y a pas de secret, la pelouse est taillée tous les jours à la belle saison !

1Ces longères du XVIIIème siècle sont typiques de la région des pays de la Loire

avec leurs pierres de tuffeau et leur toit d'ardoises plates.

Elles sont charmantes et semblent tout droit sorties d'un conte de fées.

2Regardons de plus près l'entrée de la maison :

son charme tient à la couleur ocrée de la pierre, aux volets bleus,

au sol pavé irrégulier et herbu,

au rosier "Pierre de Ronsard" qui habille la facade,

aux géraniums vivaces qui ont pris place sur le petit banc,

aux potées sagement posées le long de la petite allée...

9Faisons maintenant le tour de la place engazonnée.

4De nombreux bancs nous attendent dans le jardin pour rêver

et apprécier la douceur des lieux.

7Le dégradé de couleurs vertes, jaunes et blanches est harmonieux et tendre.

8Le jardin du petit bordeaux a été sélectionné en 2014 pour représenter la région des pays de la Loire

dans l'émission de Stéphane Bern "Le jardin préféré des français".

10Il a obtenu la 5° place sur les 22 jardins sélectionnés dans toute la France.

12Les nombreux prix obtenus témoignent de la beauté de ce jardin.

Le jardin a reçu le 1er prix Bonplan 2002 par la Société d'Horticulture de France.

En 2007, il a été classé jardin remarquable, a reçu le 1er prix du Top des Parcs,

et le 4ème prix Best Park competition.

5Continuons la balade.

Une gloriette est dissimulée dans la verdure de la végétation.

35Le long du chemin, on peut méditer en lisant des citations

inscrites sur des pierres.

13Voici ma citation préférée :

"A Noël, je n'ai pas plus envie de rose

que je ne voudrais de neige au printemps.

J'aime chaque saison pour ce qu'elle apporte "

William Shakespeare

48De belles fougères arborescentes "Dicksonia antarctica"

à l'allure exotique bordent le chemin.

Cette fougère a une croissance très lente, elle pousse de 3,5 à 5 cms par an.

Son originalité est de posséder un système racinaire aérien

qui entoure le tronc et se développe avec lui.

14Cette fougère originaire de Tasmanie n'a pas évolué depuis 130 millions d'années,

les dinosaures s'en régalaient déjà...

Voyez comme la végétation est diverse et touffue.

La scène semble très naturelle et pourtant

la plantation des plantes a du être minutieusement étudiée pour jouer avec toutes les couleurs.

18Tiens tiens un canard, 

la mare ne doit pas être loin !

34Le terrain qui était marécageux a été drainé et réaménagé en étang. 

25Des petits cours d'eau accueillent sur leurs berges des plantes aquatiques.

15

16Nous avons visité ce jardin le 4 juin 2016 et avons pu admirer 

les nombreux rhododendrons en fleurs à cette époque de l'année,

17des nénuphars,

49des géraniums vivaces et pleins d'autres plantes dont je ne connais pas le nom.

20

21Sur ses longues pattes effilées, un échassier nettoie son aile

avant de repartir à la pêche.

22Pour le martin-pêcheur, la pêche a été fructueuse.

23

24 La particularité de ce jardin est que le regard ne peut embrasser tout le jardin d'un seul coup d'oeil.

Il faut passer le petit pont de bois 

41et aller de l'avant pour découvrir la suite de la visite et

admirer à chaque détour d'une allée une nouvelle scène qui nous émerveille.

40Début juin, les pivoines étaient en fleurs,

Paeonia " Border Charm "

30Paeonia Itho " Bartzella ".

31La végétation est foisonnante et le contraste entre 

les formes libres et les haies minutieusement taillées est réussi.

33Les heuchères se plaisent dans ce jardin ombragé 

et nous pouvons admirer la diversité de leurs coloris.

Ici, les bordures d'heuchères illuminent le chemin engazonné.

28Une haie de charmille ceinture des bouleaux à la sublime écorce blanche

(Betula utilis Jacquemontii)

Les celtes considéraient ces bouleaux comme bénis des Dieux

et les baptisèrent "arbres de la lumière"

42Les bouleaux poussent dans des vagues de hêtres taillés.

Il faut caresser l'écorce des bouleaux pour apprécier la douceur du tronc.

44   45

L'arbuste au feuillage blanc qui illumine la croisée des chemins

est (certaienement) un cornus controversa variegata (je n'en suis pas sûre]

38De mai à octobre, Michel reprend tous les 12 jours la taille des charmes 

afin de maintenir un arrondi parfait sur ... 850 mètres de haies !

C'est la cisaille qu'il utilise pour travailler ...

1°) en silence et...  2°) de façon précise !

39 Dans ce jardin, le sol est humide car la nappe phréatique affleure à certains endroits.

L'humidité est entretenue par les ombrages et le paillage.

29Vous voulez connaître le secret de ces pelouses toujours vertes :

pas plus de 4 heures de soleil par jour,

une tonte rase quotidienne pour ramener la rosée au plus près des racines

et en guise de fortifiant, de la cendre de bois étalée au printemps.

Le jardin est traité sans engrais ni traitements.

37Quel plaisir de terminer la visite par la pépinière

qui propose une collection intéressante d'hostas et d'heuchères.

36Le jardin du petit bordeaux est un très beau jardin intimiste

où il fait bon s'asseoir sur un  banc pour profiter de l'instant présent.

50

Posté par sylvie jardine à 15:02 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

14 avril 2017

Pâques au jardin

17"A pas légers, un soupir d'impatience,

la primevère entre dans la danse.

L'accompagne l'hellébore secoué  par un dernier frisson.

Aux timides aurores le velours des chatons se balance sous un duvet frileux.

Le tapis desséché et froid décompose ses cuirs et déploie des mousses de soie.

C'EST LE GALA DU PRINTEMPS."        Elda Von KORFF

5L'an dernier, les hellébores n'avaient pas fleuri dans mon jardin,

peut-être à cause d'un hiver trop doux !

1Heureusement les années se suivent et ne se ressemblent pas.

 Cette année, les fleurs sont jolies et généreuses.

12 Les plus communes, récupérées dans les jardins de grand-mère,

ont perdu avec les années leur couleur rosée pour virer au blanc.

2Par contre, parmi les hellébores installées plus récemment, les fleurs pourpres

 se marient à merveille avec les tulipes roses et jaunes.

26Pensées, bruyères, muscaris et primevères,

c'est un classique dont je ne me lasse pas

car c'est un spectacle garanti pendant plusieurs mois.

14 Les primevères communes, primula vulgaris, reviennent fidèlement chaque année

et se ressèment où bon leur semble.

16Apparemment elles apprécient les gravillons de la gloriette 

et sans rien demander à personne, elles occupent l'endroit

pour former un joli tapis fleuri !

27Devant la maison, il ne faut pas râter la floraison de l'amélanchier 

car elle ne dure que quelques jours.

18Après l'amélanchier, ce sont les iberis sempervirens

qui prennent le relais en formant de beaux tapis blancs

fleuris pendant plusieurs semaines !

24Les bonsaïs mis en terre à l'automne ont été rempotés début mars.

Le forsythia est fleuri et l'érable est couvert de feuilles.

13Le pied du mirabellier de Nancy est habillé de muscaris, tulipes rouges,

 et d'un joli bergénia Herbstblatt Bergenie aux fleurs roses soutenues.

10Après la floraison, je laisse les tulipes en pleine terre

et laisse jaunir et sécher le feuillage afin que les bulbes reconstituent leurs réserves.

11En été,  il n'y a plus de trace visible des tulipes,

alors il y a toujours le risque du coup de bêche ou de pioche malheureux

qui va abîmer le bulbe d'une ou deux tulipes par-ci par-là !

Tant pis, c'est trop de boulot d'enlever et de replanter les bulbes !

9 Le pommier en fleurs est mis en valeur devant le rouge des photinias

et le vert des lauriers.

28En avril, c'est devant la maison que le jardin est le plus coloré.

15Le photinia sur tige installé dans un pot pendant plusieurs années

a été rempoté à l'automne dernier en pleine terre.

25Avec les tulipes, il forme un beau tableau printanier.

20J'espère que le lapin de Pâques  appréciera le fleurissement du jardin

et qu'il viendra déposer beaucoup d'oeufs en chocolat.

(en Moselle, c'est le lapin qui vient gâter grands et petits)

19Hummm, vivement dimanche et 

tant pis si les prévisions météorologiques sont fraîches et grises pour Metz.

22Je vous souhaite de Joyeuses Fêtes de Pâques.

23

Posté par sylvie jardine à 18:14 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

02 avril 2017

Parc oriental de Maulevrier

34Entre 1899 et 1910, la famille Bergère et leur gendre, l'architecte Alexandre Marcel

avec l'aide de leur jardinier, Alphonse Duveau, amènagent l'extérieur du château Colbert

en créant un jardin à la française, un potager et un verger.

38Alexandre Marcel exploite ensuite les bords du Maine, où il commence à façonner un jardin 

qu'il appelle "paysage japonais".

13Il y intègre peu à peu des éléments d'architecture qu'il avait créés pour l'Exposition Universelle

de Paris en 1900, notamment le moulage d'un temple Khmer Cambodgien.

28

39  40

Il fait creuser un étang, 

16élargir le Maine

49et ajoute de multiples végétaux exotiques.

29A sa mort, le jardin tombe dans l'oubli et est peu à peu laissé à l'abandon.

En 1980, la commune rachète le parc et une association est créée

pour restaurer le site à partir de photos et de documents.

2Après des années de travail, les efforts de l'association sont récompensés.

50Le jardin est aujourd'hui identifié comme le plus grand jardin japonais d'Europe.

Nous pouvons y admirer de magnifiques arbres taillés en nuages.

3

4La couleur rouge orangée du tori

42et du pont signale l'importance et le caractère sacré du lieu.

5Le nom donné aux îles du paradis, île de la grue et île de la tortue, représente le principe

du yin et du yang, une harmonie entre 2 êtres opposés.

Les îles sont interdites au public pour ne pas déranger les esprits.

18L'embarcadère totalement détruit pendant la période d'abandon du parc

a été reconstruit en 1987.

41Aujourd'hui il est utilisé par les jardiniers

pour tailler les végétaux sur les rives du lac.

7

23La pagode abrite une exposition de photos et un montage audiovisuel

expliquant la correspondance entre Maulévrier et les jardins japonais.

12La pagode est entourée d'un beau jardin de mousse, de fougères, bambous

et d'arbustes taillés en nuages.

14Il y a dans ce parc

de très belles fougères "Dryopteris erythrosora" .

Le feuillage vert foncé brillant vire à l'orange presque rouge en automne,

32des orchidées jacinthe " Bletilla striata",

6des ifs d'Irlande dorés "taxus baccata fastigiata aurea",

9des érables du Japon "Orange Dream"

et plein d'autres végétaux magnifiques...

8L'eau est l'élément principal du jardin.

25La circulation d'eau doit traverser le jardin d'est en ouest,

elle symbolise la course du soleil mais aussi

la vie de l'homme, de la naissance à la mort

et entre les deux, les nombreuses transformations et évolutions 

que peuvent subir tous les élements et les êtres vivants.

19La pièce d'eau est l'endroit le plus travaillé et le plus sensible du jardin.

25Installée en 1992, la corne d'or vient directement de Thaïlande.

27Elle représente une des extrêmités du corps du Naja,

l'esprit protecteur des eaux.

48Qu'il fait bon se promener dans ce parc !

La végétation est riche et forme un tableau harmonieux et apaisant.

Ci-dessous, la butte aux azalées.

24

36Pour profiter pleinement de ce parc, on ralentit le pas pour profiter de l'instant présent

33et on fait des pauses pour admirer l'endroit.

11Le 8 juin 2016, il faisait 26 °C et 

nous avons passé un très bon moment dans ce parc oriental.

37Voici les derniers aménagements.

22

21En nous dirigeant vers la cafétéria,

nous découvrons les fontaines de l'espace d'éveil au jardin.

43  44  45  46

et une collection de bonsaïs.

47Pour découvrir un autre jardin japonais différent mais tout aussi intéressant,

c'est ICI, le jardin d'Erik Borja. (26600 BEAUMONT MONTREUX)

Posté par sylvie jardine à 18:18 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,