sous ma gloriette

05 mars 2017

Les jardins de contes de fées du château du Rivau [37 LEMERE]

Au programme aujourd'hui, une promenade dans des jardins féériques

qui vont nous plonger dans les contes de fées et les histoires magiques.

Laissons vagabonder notre imaginaire et allons sans tarder visiter les jardins du château du Rivau.

12Classé au patrimoine mondial de l'UNESCO, le château médiéval du Rivau est isolé 

au milieu des champs à une dizaine de kilomètres de Chinon.

Jeanne d'Arc y serait venue chercher des chevaux du roi pour le siège d'Orléans.

45La visite commence dans la cour des communs où nous découvrons le potager de Gargantua.

55Ce potager rend hommage à Rabelais né à quelques kilomètres du Rivau.

Dans le roman " Gargantua ", Rabelais cite en effet Rivau :

"... puisque Gargantua offre le château du Rivau au capitaine Tolmère

en guise de récompense à ses victoires lors des guerres pichocrolines... "

28Les légumes sont plantés sur des plessis surélevés.

Cette technique était déjà utilisée au Moyen Age

pour protéger les cultures des rongeurs et autres mammifères.

Le paillage limite la corvée des mauvaises herbes.

Les allées gavillonnées apportent de la chaleur et une douceur visuelle.

16CHAPEAU à ce potager qui a obtenu en 2016

le grand prix du potager innovant décerné 

par la Société Nationale d'Horticulture de France  pour son approche résolument écologique.

Les végétaux sont soignés uniquement au purin d'ortie.

56Le potager a par ailleurs pour objectif

de promouvoir la valorisation culturelle des variétés légumières et locales d'autrefois :

le chou navet jaune de ST Marc, la citrouille de Touraine, le haricot barangeonnier, la sucrine du Berry ...

plus de 70 variétés de courges sont cultivées.

Un restaurant locavore sert des menus réalisés avec les produits du potager ou des alentours.

Lors de notre visite, le beau temps nous a permis de manger dans la cour du château,

un beau moment de détente et de gourmandise !

15Regardez comme ils sont beaux ces artichauts !

Ils auraient été, avec d'autres nombreuses graines, ramenés d'Italie par Rabelais, passionné de botanique.

Ici, les artichauts symbolisent les chandeliers du château.

38Des rosiers bordent les rangs de vigne.

Outre l'intérêt esthétique, le but est surtout de repérer les attaques de l'oïdium.

Les rosiers étant plus sensibles que la vigne à l'attaque de ce champignon, 

ils sont malades en premier et servent ainsi d'indicateurs aux vignerons.

51Des artistes ont installé des oeuvres d'art dans les jardins.

Uns sculpture en forme de godillot surdimensionné renvoie aux objets symboliques des contes de fées

et annonce le voyage au pays de l'imaginaire.

50Une taupe géante émerge de la terre du potager.

Ravie de mettre son nez dehors,

elle accueille les visiteurs à leur arrivée dans le monde merveilleux du Rivau.

13Un carroussel inaccessible symbolise le rêve autour des châteaux de légende

et renvoie aussi à la griserie du tourbillon sans fin du monde contemporain.

32Autour du potager, les façades des écuries royales et du pressoir sont joliment fleuries.

14Classés jardins remarquables,  les jardins du château du Rivau sont labellisés

"conservatoire de la rose parfumée".

1Les jardins accueillent plus de 400 variétés de roses et plus de 200 variétés d'iris.

3Un partenariat a été mis en place avec le rosiériste David Austin

qui a la particularité d'obtenir des roses remontantes, ce qui permet une floraison de fin avril à octobre.

4Nous avons visité les jardins du Rivau le 9 juin 2016

et c'était la bonne période pour admirer les rosiers.

34Mais un jardinier qui désherbait les parterres nous a expliqué

que la semaine précédente avait été une catastrophe pour la manifestation

" Rendez-vous aux jardins" à cause des pluies abondantes.

Juin 2016 a en effet été particulièrement pluvieux

et la région Centre-Val de Loire a connu de spectaculaires inondations.

(l'autoroute A10 avait même du être fermée).

35

9J'aime beaucoup cette allée avec les stipas dorés et gracieux au pied des arbres.

5Des rosiers, des stipas pour la légéreté, des iris,

37des valérianes roses. 

6Des rosiers grimpants recouvrent entièrement la gloriette et c'est joli:

Iceberg Climbing et Claire Jacquier.

30Approchons-nous du château à la belle façade blanche.

52La potentille forme de belles bordures fleuries.

10

44

48Majestueux, un paon sort du château.

Quatre paons dont deux blancs se promènent en toute liberté dans les jardins,

ce qui explique les "couches grillagées"  dans le potager.

39Nous traversons la cour intérieure pour nous diriger vers le jardin secret.

18C'est le coin des rosiers, l'endroit est romantique.

19Tiens voilà les paons blancs. 

41Le jardin secret aux tonalités roses est charmant.

La douce musique de la chanson " j'ai descendu dans mon jardin..."

est diffusée sous les tonnelles de roses .

On oublie tout et on a 6, 7 ou 8 ans...

54On se plaît à ralentir le pas

à l'ombre de la vigne et des rosiers aux couleurs tendres.

22Les roses anglaises sont les reines de ce jardin secret.

21

23

24Les valérianes roses et blanches résistent bien à la sécheresse

et se ressèment spontanément.

Les fleurs simples sont préférées aux hybrides

car elles attirent davantage les insectes pollinisateurs.

40Les rosiers liane partent à l'assaut des murs d'enceinte des douves asséchées du château .

Le gazon est tondu à ras.

1725  26

27 Cultivés depuis plus de 2000 ans avant J.C.,

les rosiers se prêtent à de nombreuses hybridations qui ont conduit

à la création de milliers de variétés.

46C'est en plein XIVe siècle, avec les croisades, que les premiers rosiers exotiques

furent importés dans notre pays. 

7Dans un premier temps, ils se croisèrent naturellement avec des rosiers sauvages de nos régions,

dont l'églantier.

A partir du XIXème siècle des hybridations vont se développer, créant des milliers de variétés (cultivars).

8A l'extérieur de la cour du château, un parterre d'entrelacs de lavandes 

11Cette promenade était l'apéritif de la visite,

un avant-goût de ce qui nous attend dans les autres jardins du château du Rivau.

Elle a- j'espère - aiguisé votre curiosité en vous donnant envie de continuer la promenade.

Les autres jardins du Rivau que nous découvrirons dans un prochain billet sont magnifiques et magiques.

Alors à bientôt pour la suite de la visite des jardins du château du Rivau.

Posté par sylvie jardine à 18:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


12 février 2017

La Saint-Valentin

LA SAINT-VALENTIN

Auguste Angellier. (1848-1911)

1Février vient, c'est la Saint-Valentin, 
Février vient, il fait rougir les saules, 
Et, sous les rais d'un soleil argentin, 
Encor frileux découvre ses épaules.

4 Dès qu'au ciel gris, c'est la Saint-Valentin, 
Dès qu'au ciel gris, un peu d'aube prochaine, 
Un pli d'argent et de jour indistinct 
Ont soulevé les ombres sur la plaine,

8Tous les oiseaux, c'est la Saint-Valentin, 
Tous les oiseaux, rouge-gorges, fauvettes, 
Merles, geais, pics, tout le peuple mutin 
Des moineaux francs, les vives alouettes,

9Se réveillant, c'est la Saint-Valentin, 
Se réveillant, et secouant leurs plumes, 
D'un fou désir et d'un vol incertain 
Se sont cherchés dans les dernières bruines.

6Dans les buissons, c'est la Saint-Valentin, 
Dans les buissons, les lierres et les haies 
Où le houx vert offre un rouge festin, 
Dans les roseaux, les halliers, les coudraies.

14Dans les vieux murs, c'est la Saint-Valentin, 
Dans les vieux murs, pleins d'heureuses nouvelles, 
Ce fut des cris, des chants, un bruit lointain 
De gazouillis et de battements d'ailes.

11Tous échangeaient, c'est la Saint-Valentin, 
Tous échangeaient, en palpitant de joie, 
Maint propos tendre ou leste ou libertin, 
Après lesquels il faut qu'on se tutoie.

15De temps en temps, c'est la Saint-Valentin, 
De temps en temps, se détachait un couple ; 
Et tous les deux avaient bientôt atteint, 
Pour y causer tout seuls, un rameau souple.

3Puis ils cherchaient, c'est la Saint-Valentin, 
Puis ils cherchaient les branches élevées 
Ou l'humble touffe où blottir leur destin, 
Et faire un nid aux futures couvées.

5Et tout le jour, c'est la Saint-Valentin, 
Et tout le jour ce fut des mariages, 
Conclus sans prêtre et francs de sacristain, 
Et dont les lits sont les premiers feuillages.

17

Voici le soir, c'est la Saint-Valentin, 
Voici le soir, sortant de ses repaires 
L'ombre a rampé vers le soleil éteint : 
Tous les oiseaux sont endormis par paires.

16

(Poème extrait de "Le chemin des saisons")

Posté par sylvie jardine à 14:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 février 2017

Les jardins de l'Albarède [24 SAINT CYBRANET]

30Les photos ne sont pas très réusssies et ne mettent pas les jardins en valeur.

Mais tant pis !

Il me tient à coeur d'évoquer ces jardins nés du pari

d'un jardinier paysagiste et d'une journaliste de jardin

de redonner vie à une friche stérile.

Il en faut de la passion et du courage pour se lancer dans une telle aventure.

Aujourd'hui le résultat est là.

33Sur cette terre très sèche, pauvre et aride et sans apport de terre arable,

ce sont des jardins cultivés sans aucune substance chimique, sans pesticide et sans désherbant

qui s'épanouissent naturellement, parfaitement intégrés dans la nature environnante.

12Il faut grimper un petit chemin pour accèder aux jardins de l'Albarède.

Dans ces jardins, les vielles pierres du Périgord se mêlent aux plantations.

19Ci-dessous, une sculpture Khmère.

18 9 septembre 2016, les jardins souffrent de la sécheresse.

23Le jardin anglais est champêtre avec comme fond de décor la forêt qui court sur la colline.

Les vedettes à cette époque de l'année sont les graminées, les asters, les gauras.. 

13

22Pour lutter contre la sécheresse, les sols sont généreusement paillés

et les végétaux sont arrosés... à l'arrosoir, s'il vous plaît !

Des cornouillers [boules] sont plantés en rangées régulières pour rappeler les haies champêtres

des terres des Causses où les bergères cueillaient les cornouilles en gardant les troupeaux.

14Pourquoi le potager marie-t-il légumes et fleurs annuelles ?

31Tout d'abord pour le plaisir parce qu'un potager fleuri est joli.

26Ensuite parce que l'association avec certaines fleurs aide les légumes à combattre insectes et maladies.

11La présence de fleurs mellifères attire de nombreux insectes auxiliaires et pollinisateurs.

29Pour profiter pleinement des jardins et les découvrir aux différentes lumières du jour,

il est possible de louer les maisons d'hôtes construites en pierres sèches dans le jardin à l'anglaise.

32Les graminées donnent beaucoup de mouvement au jardin en cette fin d'été.

25La terre n'est jamais laissée à nu pour éviter le lessivage et le dessèchement.

10Pour compenser l'absence de terre arable,

 le sol est nourri avec du compost, des engrais verts, des purins de consoude et d'orties. 

5Autour du bassin, c'est un jardin clos dédié à l'été.

6Les gauras apportent beaucoup de légèreté aux massifs.

A la place du bleu azur, j'aurais bien vu un bassin naturel avec des plantes épuratives et oxygénantes.

1Des aromatiques et de la lavande sont installées entre galets, pisés et dallages.

2 L'endroit est tranquille et il doit être agréable de faire une pause pour écouter les oiseaux.

24 L'onagre se ressème dans le jardin au gré des semis naturels.

9Malgré la sécheresse et l'aridité du sol, les asters fleurissent généreusement.

21Le verger est planté uniquement de pommiers

car ce sont les seuls arbres fruitiers dont la floraison tardive résistent aux dernières gelées.

Le pied des arbres est planté d'aromatiques, d'onagres et de plantes sauvages.

Ces plantes assurent un brouillage olfactif pour éloigner les insectes nuisibles

tandis qu'elles fidélisent les auxiliaires et les insectes pollinisateurs

16Les pommiers sont tous d'anciennes variétés locales.

(Saint Jean, reinettes, pomme de moisson...)

20Nous découvrons un jardin de buis sauvages

taillés par le propriétaire au gré de son imagination.

Ces buis communs montrent leur résistance à la sécheresse. 

17Sur les hauteurs, le panorama domine la vallée du Céou.

Le long du sentier, des arbustes sont modelés en vagues

pour évoquer les collines environnantes.

27

28Les jardins de l'Albarède ont un aspect très naturel, avec une beauté simple et authentique

qui rappellent les jardins de nos grands-mères cultivés avec le bon sens d'autrefois.

" S'allier à la nature à la place de la combattre "

Posté par sylvie jardine à 16:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

05 février 2017

Les jardins de Cadiot (24 CARLUX)

 Ce sont des jardins perdus dans la nature,

blottis dans un petit vallon du Périgord noir entre Sarlat et Souillac.

A l'abri des regards dans une forêt de chênes, 

les jardins de Cadiot sont un hâvre de paix qui sentent bon la Toscane.

375 septembre 2016, le mercure affiche 28 degrés,

la fin d'été est chaude et assoiffée.

Dans les jardins du "bas", 

les hydrangéas ne semblent pas souffrir de la sécheresse.

Leur emplacement en lisière de forêt, l'épais paillis de feuilles

et l'arrosage régulier leur assurent un beau feuillage sain et une floraison généreuse.

6En cette fin d'été, nous découvrons au fond du verger ombragé une collection d'hydrangéas.

Le coin est magnifique avec toutes ces inflorescences vaporeuses blanches et rosées.

34

La plupart des fleurs sont encore blanches et n'ont pas encore commencé à virer au rouge.

5D'autres fleurs sont plates et dévoilent seulement leur floraison.

4Le verger est original car il est dessiné comme un jardin de cloître.

2Des arbres en espalier et des ifs structurent les parterres en carrés.

Les couleurs sont douces, la santoline forme de belles bordures au ton gris.

35Au centre un bassin invite à la méditation.

21Les nénuphars se prélassent au soleil.

20Le verger accueille des plantes de couleur mauve,

 ce sont les asters qui assurent le dernier spectacle jusqu'à l'automne.

23

22La lavande et la santoline bordent les chemins du verger. 

Avec les poteries, il y a comme un air de provence dans ce jardin.

43Plusieurs jardins au style différent se succèdent, voici le labyrinthe de charmes. 

46Dans la roseraie, les rosiers sont au repos,

 ils ont laissé la place aux massifs de graminées généreux et dorés.

8Tiens un banc, on fait une pause ?

Pour faire des pauses dans d'autres jardins, c'est ICI

36 Les propriétaires ne sont pas seulement férus de botanique,

ils sont également des artistes dont les oeuvres, sculptures et poteries jalonnent les allées.

50Dans le jardin de poésie, des poteries sont le support à des petites pensées philosophiques.

47  48

Découvrons le jardin "du haut" de l'autre côté de la petite rue.

51Une large allée engazonnée est bordée de mixed-borders, 

nous sommes dans le jardin anglais.

9Ici, il y a une explosion de plantes aux tonalités dorées et lumineuses.

18

55Le silphium perfolatum éclaire les coins sombres.

16Dans les jardins "du haut", les plantes doivent supporter le calcaire, 

la sécheresse et la chaleur.

27Cest donc tout naturellement que les propriétaires ont aménagé un jardin toscan 

avec des ifs et des poteries.

Il n'y a pas plus de 30 cms de terre arable dans cette partie du jardin.

Le buis bien adapté aux difficultés de l'endroit n'est pas malade.

28S'il ne demande pratiquement jamais d'arrosage, sa seule contrainte est la taille

et celle-ci n'est pas des moindres !

14En septembre, les agapanthes apportent leur touche bleue à ces jardins méditerranéens.

13Et puis nous arrivons à un endroit bien sympathique.

Aménagé entre les murs écroulés de granges anciennes,

le patio bleu attend les visiteurs pour une pause gourmande.

Nous nous sommes régalés avec les pâtisseries et jus de sirop faits maison.

Hum c'était bon !

26Nous avons passé un moment très agréable dans ces jardins 

où la biodiversité est un enjeu majeur.

54Ainsi toutes les plantes sont cultivées sans produits chimiques

et sont choisies pour attirer les insectes pollinisateurs.

15Nous quittons ces jardins par le potager habillé

 de belles couleurs chaudes en cette fin d'été.

Les capucines recouvrent tout un talus.

10L'amarante paniculée dresse ses épis bordeaux.

39

"Travailler le jardin ouvre des portes, sur la biodiversité, les insectes et les plantes médicinales."

Posté par sylvie jardine à 08:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

21 janvier 2017

Une petite maison

Une petite maison  
Paul STENDHAL
Jardin Le Vasterival (76)

15C'est une petite maison tout ordinaire,

Elle n'est pas un château, mais celle de ma vie !

LORRAINE, Jardins sans limites

Jardins de la paix (57) BITCHE

7

Elle est bien plus belle, dans mon imaginaire,

Et j'en suis le Prince, du haut de son parvis.

Jardins de Roquelin (45 )

19Quand je l'ai rencontrée, tout au bout du chemin,

Sa beauté m'a souri, je n'étais qu'un gamin.

LORRAINE, Jardins de (88) GONDREMER

10

J'ai sué, sang et eau, pour pouvoir l'habiter,

Et ce jour est venu, un beau matin d'été !

Le jardin du Bois Marquis (38)

71J'étais devenu grand, et ça faisait longtemps,

Que j'espérais enfin, ce merveilleux instant,

LORRAINE, Jardins sans limites

Jardins de la paix (57) BITCHE

1Où j'y déposerais, là, ma seule valise,

Au seuil de la porte, juste sous la marquise.

LORRAINE, Jardins sans limites

(88) BERCHIGRANGES

13Dans mon petit chez-moi, j'y vis passionnément,

Loin des bruits de la ville, à l'abri des tourments !

LORRAINE, Jardins sans limites

Jardins de la paix (57) BITCHE

2Chaque jour qui passe dans ce coin de verdure,

Dans ce havre de paix, est sous de bons augures.

LORRAINE, Jardins sans limites

(88) BERCHIGRANGES

11Aux marches du perron, du printemps à l'automne,

La campagne fleurit, le bonheur y rayonne,

LORRAINE, Jardins sanas limites

Jardins de la Paix (57) BITCHE

5Et durant tout l'été, au salon du jardin,

L'air exhale l'odeur, des fleurs de lavandin.

ALLEMAGNE, Jardins sans limites

Roseraie de ZWEÏBRUCKEN

8À la saison d'hiver, quand dans sa robe blanche,

Elle est immaculée, la Nature s'endimanche.

LORRAINE, 

Les jardins de Callunes (88) 

9Alors auprès de l'âtre, quand la douce chaleur,

Se répand dans les pièces, j'en aime vraiment l'heur !

LORRAINE, Jardins sans limites

Jardins de la Paix (57) BITCHE

4Si je pense à ce temps, de ma prime jeunesse,

Où  mon cœur fut séduit, avec tant d'allégresse,

LORRAINE, Jardins en terrasse

Château de (54) TICHEMONT

18Par cette joliette, au coin d'un paradis,

C'est qu'en mon sein, mon âme encore s'en esbaudit !

Jardins du Bois Marquis (38)

16C'est une petite maison tout ordinaire,

Elle n'est pas un château, mais celle de ma vie !

Jardin Plume (76) 

31D'une belle idylle, notre histoire est bien née,

Sur un petit chemin, où nos âmes ont flâné.

 JARDIN LE VASTERIVAL (76)

14

Posté par sylvie jardine à 18:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


15 janvier 2017

L'histoire de ma gloriette

 Aujourd'hui, je vais vous raconter l'histoire de ma gloriette.

¨Pour ceux qui ne savent pas ce que c'est,

une gloriette est un petit pavillon d'agrément dans un parc ou un jardin,

 ou plus joliment dit, une grande cage à oiseaux en forme de papillon.

C'est en 2009, soit trois ans après l'emménagement dans notre nouvelle maison

que la gloriette a été installée dans un coin du jardin.

21Après quelques années de rodage et de répétitions hésitantes,

le spectacle a enfin pris forme et je peux le dire :

"oui oui, le résultat me satisfait."

13En effet, la gloriette a aujourd'hui gagné en maturité. 

52016 est la première année où la dame de fer a joué la prude

en dissimulant sa nudité sous le feuillage luxuriant des rosiers parfumés.

Au niveau du costume, c'est du gonflant qu'il lui faut pour la mettre en valeur

et pour cela, retour sous le second Empire avec une robe à crinoline.

En juin, à l'apothéose de leur floraison,

les rosiers font l'affaire en jouant les froufrous.

2L'histoire de la gloriette a commencé en 2009,

34et son armature en fer ne passait pas inaperçue.

23Les premiers rosiers qui ont accompagné la gloriette étaient 

à l'avant droite Alfred Carrière, à l'arrière droite Marie Dermar,

à l'avant gauche Zéphirine Drouin.

26A l'arrière sur la pergola, deux New Dawn nous ont émerveillés pendant quelques années 

de leur floraison abondante même si celle-ci n'était pas parfumée.

442009 - 2012

Les débuts qui semblaient pourtant prometteurs n'ont pas résisté

à la fameuse maladie des taches noires, le marsonia.

Deux années de suite, après une belle floraison en juin,le feuillage des New Dawn

a noirci, séché, pour tomber d'un coup laissant la pergola désespéremment découverte.

Bref, c'était la cata chez les New Dawn !

26  27

Pour conjurer la malédiction du "jamais deux sans trois", (je vise les années de maladie des rosiers)

nous avons arraché les New Dawn, Zéphirine Drouin, la pergola

et le juniperus sempervirens.

Nous n'avons pas fait de sentiment en prenant cette décison 

 parce qu'après la suppression, c'est ... la reconstruction et 

nous pensions déjà au réaménagement de la gloriette.

Et les jardiniers ne me contrediront pas,

les projets au jardin ne sont que du bonheur !

36Le relooking est passé par l'installation d'une palissade en bois,

39la plantation d'un chèvrefeuille Locinera japonica chinensis

et d'un rosier Sourire d'Orchidée à gauche de la gloriette. 

22Le nouveau look était déjà bien sympathique

mais l'habillage manquait d'étoffe et de volume.

25

23C'est jusqu'à Malmedy en Belgique à la pépinière de Daniel SCHMITZ

que nous sommes allés acheter deux rosiers grimpants, remontants et parfumés 

que nous avons plantés à l'avant de la gloriette :

Perennial Blush et Perennial Blue.

11  14

 Perennial Blush porte de jolies petites fleurs blanches  

15

18tandis que les fleurs de Perennial Blue ont une belle couleur rose soutenue.

17 Alfred Carrière est un rescapé du relooking

et nous avons hésité avant de le laisser en place.

S'il est placé très (et certainement trop) près de Perennial Blue

nous le taillons après sa floraison pour permettre à son voisin de se développer.

20Au pied de Perennial Blush ont été plantés deux rosiers reçus en cadeau :

Mister Lincoln et Bicolette.

4Depuis 2013, nous appliquons aux rosiers un traitement préventif homéopathique

préconisé par Daniel Schmitz : HOMEOCULT (ICI)

et depuis lors aucun des rosiers n'a été malade, OUF.

Marie Dermar1Et voilà le résultat sous la gloriette en été 2016 :

c'est notre petit coin secret, notre coin réconfort après les efforts du jardinage,

l'endroit idéal pour une pause-détente et la pause-café.

46Le seul petit hic est que l'endroit est un "butinoir" pour les guêpes et abeilles.

Mais c'est bien car le jardin est un lieu de partage et de vie...

3L'endroit est très agréable et quand tout est silencieux,  il est possible d'observer les oiseaux

qui viennent repérer les nichoirs installés dans le jardin.

40La gloriette vit au rythme des saisons.

En été, elle semble s'amuser à vouloir crever les ballons 

des montgolfières qui survolent  régulièrement notre village.

45En hiver, capitonnée, emmitouflée dans un manteau de ouate blanche,

elle se fond dans le décor de l'hiver enneigé.

30Vous comprenez maintenant pourquoi mon blog s'intitule

"sous ma gloriette"

27

Pour en savoir plus sur l'histoire de la gloriette,

vous pouvez consulter les billets précédents : c'est ICI.

A BIENTOT LES AMIS,

SOUS MA GLORIETTE

28

Posté par sylvie jardine à 15:10 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

06 janvier 2017

La ronde des saisons au jardin

Voici revenu le temps du repos bien mérité pour le jardinier.

Bien au chaud derrière les carreaux, il observe dehors le camaïeux de verts 

qui s'agite et frémit sous le souffle du vent.

Seul le ballet des oiseaux anime ce tableau endormi

par les allers-retours entre les différentes mangeoires.

2

Stoïque, Maître hibou reste quant à lui imperturbable au changement de saisons.

28Depuis décembre, le rideau est tombé et le jardin fait relâche.

Mais il ne faut pas se fier au calme apparent.

 C'est un grand ramdam en coulisses et une flopée d'artistes s'active

pour préparer la prochaine saison.

En fonction de la météo, les premières représentations pourront débuter en janvier.

Les fleurs les moins frileuses pointeront du nez pour braver les frimas de l'hiver.

En 2016, les épisodes neigeux ont été rares,

quelques flocons ont toutefois surpris les primevères déjà fleuries.

1Si le prochain hiver est comme l'hiver 2016, les crocus seront sortis en février.

3MARS, les primevères prennent de belles couleurs éclatantes.

4Rustiques, elles reviennent fidèlement d'une année sur l'autre

5Leur sève est sucrée, c'est pour cette raison

que les oiseaux apprécient leurs fleurs.

10  1112  9

On sait que l'hiver nous a vraiment quittés

quand les narcisses et les jonquilles ont déployé leur corolle.

13On n'imagine pas un printemps sans tulipes

qui n'ont pas leurs pareilles pour réveiller les jardins.

14

8  36

7Elles ont un feuillage intéressant et une longue floraison,

les hellébores accompagnent à merveille toutes les fleurs du printemps.

6En avril, il ne faut pas se découvrir d'un fil,

alors le viorne met son manteau à pompons.

15Les bonsaïs sont feuillus et le forsythia nain est fleuri,

la belle saison est lancée.

30MAI, on découvre le jardin métamorphosé :

le gazon a reverdi, les arbres et les arbustes sont couverts de feuilles,

les parterres sont colorés de mille couleurs,

31 l'élégant iris fait le fier et joue le solitaire.

16JUIN, la reine des fleurs souligne l'arrivée de l'été,

rouge

17blanche

18ou orangée

37la rose embaume les allées. 

39Sur la gloriette, les rosiers ont pris leurs aises

et recouvrent quasiment toute l'armature.

38JUILLET, les hortensias et les hydrangéas ont profité du printemps 2016 pluvieux 

pour donner une floraison généreuse.

19L'hydrangéa Early sensation j'adooooore !

7AOÛT, l'hydrangéa vanille-fraise est blanc pur

avant de virer au rouge en automne.

24

25

20Quelle est la plante en été qui ne demande aucun soin et aucun arrosage ?

l'increvable sedum. 

21Qui a de grandes grappes pourpres retombantes  ?

L'amarante queue de renard.

23Et puis et puis viendra le temps

où les jours commenceront à raccourcir,

 où les lumières se feront plus douces.

Les noisettes prêtes à être cueillies annonceront la fin des vacances...

22SEPTEMBRE, les asters au coloris chaud

entreront en scène pour jouer les dernières scènes fleuries au jardin.

34

35Octobre nous offrira une palette de couleurs flamboyantes.

40NOVEMBRE, le dernier épisode de la saison est apaisé.

Les acteurs se retirent sur la pointe des pieds les uns après les autres.

Les érables rougissent et les graminées blondissent

26Après la pluie vient le beau temps.

Après l'hiver c'est le printemps.

Soyons patients, les beaux jours seront bientôt de retour,

c'est la ronde éternelle des saisons.

Bonne année 2017

27

Posté par sylvie jardine à 19:18 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

19 décembre 2016

Les jardins d'eau de Carsac-Alliac [ 24200]

25Pour finir l'année en douceur et en couleurs,

nous allons visiter un jardin très original situé dans le Périgord noir.

46C'est un jardin dépaysant, rafraîchissant, à l'allure exotique bien sympathique.

4J'ai choisi ce jardin dédié à la flore aquatique pour terminer l'année 2016 dans la sérénité.

29On n'imagine pas trouver à une dizaine de kilomètres de Sarlat des jardins

qui acclimatent des plantes aquatiques venus de pays lointains, exotiques et tropicaux.

16Créés en 1999, ces jardins nous font découvrir sur 15 hectares

150 variétés de plantes aquatiques dont 35 variétés de nénuphars et 30 variétés de lotus.

14Nénuphar ou nénufar, c'est comme on veut.

6Personnellement, je choisis nénuphar.

39Le nénuphar pousse à partir d'un rhyzome, comme l'iris,

mais il nécessite d'être constamment immergé sous une eau stagnante.

36Le nénuphar rustique peut passer l'hiver dehors car le gel ne l'affecte pas.

23Le nénuphar tropical est rarement cultivé en Europe

car il nécessite beaucoup de chaleur et de lumière.

Il faut le rentrer à l'abri au mois de novembre.

2Nous avons la chance de pouvoir admirer plusieurs variétés de nénuphars exotiques

dans les bassins du jardin de Carsac.

19Toutes les plantes étaient étiquetées dans les bassins.

Pour éviter des erreurs,

je ne mets pas le nom des nénuphars et des lotus en photo dans ce billet.

Pour en savoir plus, la solution est de regarder le catalogue des plantes en vente dans ce jardin, c'est ICI

30Admirez l'architecture de la feuille

31Voici le bassin aux lotus

10Approchons-nous pour mieux admirer ces fleurs

et les réceptacles de graines en forme de pommes d'arrosoir

qui se dressent fièrement au-dessus des feuilles impressionnantes.

21Qui dit nymphéa pense aussitôt à Claude Monnet.

12Nous découvrons au cour de notre promenade un joli pont japonais cintré,

 clin d'oeil au jardin de Giverny.

9

8Les lotus plantés ici en pleine terre restent tout l'hiver en dormance.

L'été, la plante atteint en moyenne 1,60 m

et les feuilles peuvent atteindre 75 cms de diamètre.

La floraison s'étale de mi-juin à octobre.

45Ces moules à tarte sont des feuilles du nénuphar géant d'Amazonie

5

1Le labyrinthe aquatique est très surprenant

car il nous fait voyager dans un univers exotique.

48 Un itinéraire de 550 mètres de passerelles nous permet de traverser les bassins

où nous pouvons admirer les jolies fleurs aquatiques,

51blanches,

26ou roses

37ou rouges.

35Ce jardin est très agréable car il s'ouvre sur les paysages du Périgord noir

43et les aménagements s'intègrent naturellement dans le décor.

50

13En contrebas du jardin, nous passons sur la passerelle en zig-zag à fleur d'eau 

qui traverse un bassin de lotus et de nénuphars.

11La fleur de lotus est sacrée en Chine.

28Synonyme de légèreté, relaxation et de quiétude,

elle est l'emblème de Bouddha.

44L'année 2016 se termine joyeusement dans ces jardins remarquables très agréables.

En attendant de vous retrouver en 2017 dans d'autres jardins,

je vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année.

15

Posté par sylvie jardine à 19:06 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

04 décembre 2016

Les jardins suspendus de Marqueyssac (Périgord)

 

4

C'est un jardin à l'allure singulière que nous allons visiter aujourd'hui.

C'est un jardin sans fleurs, sans parterres colorés ou massifs exubérants.

" Oh, il doit être triste et ennuyeux" diront certains.

J'avais un peu cette idée en tête avant de découvrir Marqueyssac.

Mais à bas les idées préconçues !

Même sans fleurs, sans mixed-borders, 

Marqueyssac m'a enchantée et je vais vous montrer ce qui m'a plu

dans ces jardins au camaieu vert.

10 Marqueyssac est un jardin de buis jeté sur un mont escarpé

qui domine la vallée de la Dordogne.

1Site classé, les jardins de Marqueyssac sont plantés de 150 000 buis centenaires

taillés à la cisaille manuelle. Vous imaginez le travail des jardiniers

qui travaillent à l'année dans le parc !

La cisaille électrique est bannie car 

elle mâche les feuilles et provoque leur jaunissement.

3C'est un jardin monochrome

où le vert se décline sous toutes ses nuances.

23Le buis est un arbuste intéressant car il reste vert toute l'année.

Résistant à la sécheresse, il est capable de pousser aussi dans les sous-bois.

Il supporte bien la taille et permet la réalisation de formes végétales diverses.

Admirez les rondeurs et la taille moutonnante des buis

qui confèrent douceur et tranquillité à Marqueyssac.

6Le buis nécessite deux tailles d'entretien,

l'une à la fin du printemps et la seconde au début de l'automne.

Les haies en sous-bois ne sont taillées qu'une fois l'an

car les buis poussent moins vite à l'ombre.

7A Marqueyssac, le buis est roi et seules quelques plantes participent au décor végétal.

C'est sous Louis XIII que les broderies apparaissent avec l'avènement des jardins à la française.

A l'époque, introduire des fleurs dans les broderies était une hérésie

car la bichromie du vert du buis et du gazon suffisait à colorer le site.

A Vaux Le Vicomte, Le Nôtre n'avait placé ni bulbe, ni vivace,

ni fleur même à brève floraison dans les parterres.

16Seules quelques plantes très discrètes accompagnent les buis à Marqueyssac. 

Des yuccas apportent une touche de vert lumineux

et contrastent avec les formes géomètriques des buis.

15

17Il y a aussi  le romarin et la santoline qui s'adapent au sol pauvre et pierreux.

29

26  28

27Dans les massifs les plus récents créés en 2003, des petites fleurs bleues soulignent les bordures de buis

modelés pour donner l'illusion de blocs de pierre.

11

12Des roses au ton pastel apportent de la légéreté dans les massifs

aux abords du château du début du XIXème siècle.

46Il y a deux choses qui m'ont vraiment plu dans les jardins de Marqueyssac.

Tout d'abord la vue sur la vallée de la Dordogne, ses châteaux, 

et ses plus beaux villages de France : Beynac, Castelnaud, Domme...

Ici La Roque-Gageac.

25

24Si la vue d'en "haut" est magnifique,

la vue d'en bas" en canoë ou en gabarre est tout aussi intéressante et magique.

20

21  18

Ensuite la sérénité qu'inspire Marqueyssac m'a impressionnée.

Marqueyssac est un jardin de promenade

9qui offre plus de 6 kilomètres d'allées très agréables à parcourir.

41Les buis poussent librement dans la forêt.

Nous avons constaté beaucoup de mousse sur ces arbustes.  

43Il fait bon déambuler à Marqueyssac.

47i  42

L'atmosphère des lieux chasse tout stress et fait ralentir le pas.

Ci-dessous l'allée des arches.

34Les cabanes en pierre sèche sont très fréquentes en Périgord.

La toiture de celle-ci est en brande, elle est végétalisée.

32Les cabanes servaient de bergerie, clapier, poulailler, pigeonnier

et surtout de refuge aux vignerons.

A Marqueyssac, la cabane en cloche est un kiosque d'agrément.

38

Dans la forêt, nous faisons de drôles de rencontres.

Des pierres sculptées en forme de visage très expressif nousbservent.   

44  45

Nous avons pu admirer la très jolie exposition "Féérie des bois" de Sandrine Rabouan.

33 19 images racontent la fragile beauté de la nature

dans un langage inspiré des mythes et légendes anciennes.

Une fée souffle les aigrettes d'un pissenlit

36

37 Marqueyssac n' a rien à voir avec les mixed-borders aux coloris gais et variés.

Ici le décor est immuable.

C'est un lieu d'apaisement où le temps retient son souffle.

Posté par sylvie jardine à 18:14 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

11 novembre 2016

Le jardin botanique de Metz a mis ses couleurs d'automne

1er novembre 2016, balade au jardin botanique de Metz

10 heures du matin, soleil automnal.

Deux heures après, le brouillard a tout mis dans son sac de coton. 

C'est la chanson  "L'ARBRE" qui accompagne notre promenade. 

L'ARBRE [Paroles et musique créées par André GRUFFAZ] 

171-Ecoutez le vent de novembre

Qui chasse mes derniers atours

5Je n'ai bientôt plus rien à prendre

J'entends l'hiver qui accourt

40Je suis un arbre

Seul au milieu de la forêt

28Parmi les arbres

Si seul et si bien entouré

162-Quand l'hiver me fait carapace

Les oiseaux quittent ma froideur

1Mais dans mon tronc est une place

Pour l'alouette près de mon cœur

463-Depuis longtemps j'ai mes racines

Dans cette terre bien agrippées

19  20  22  21

Pourtant je sens dans mon échine

L'envie qui me prend de bouger

124-Que je sois fayard ou grand chêne

Ne change rien à mon tourment

8Mes racines sont comme des chaînes

Je suis planté là pour cent ans

385-Un jour je quitterai la terre

Sous les assauts d'un bûcheron

18Vers le paradis ou l'enfer

Les hommes le décideront

26-Le paradis c'est la charpente

Sur un toit je serai dressé

9L'enfer c'est le feu qui me hante

Je disparaîtrai en fumée

42Je suis un arbre

A brûler ou à raboter

10  14  7  4

Je n'suis qu'un arbre

Je suis tout bon ou tout mauvais.

39Paroles : André Gruffaz

Album : "Raison d'hêtre" (1987)

Posté par sylvie jardine à 12:54 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,